Jean-Claude Van Damme : "J’aime les documentaires animaliers"

Jean-Claude Van Damme nous donne son avis sur la télévision. © M.D.
Jean-Claude Van Damme nous donne son avis sur la télévision. © M.D.

A l’occasion de la diffusion du second volet d’"Expendables", l’acteur belge nous donne sa vision de la télévision. Vous risquez d’être étonnés !

Tout d’abord, êtes-vous un grand consommateur de télévision ?

Très honnêtement, non. Et cela, vous vous en doutez bien, par manque de temps. Parfois, j’aime regarder un bon film ou des grands événements sportifs, comme la Coupe du monde de football, mais aussi des documentaires animaliers. En réalité, je suis plus souvent sur une tablette pour visionner du karaté, de la boxe anglaise… Je ne suis pas un grand zappeur. Quand je m’arrête sur un programme, j’y reste.

Enfant, que regardiez-vous à la télé ?

Comme tout le monde, des dessins animés. Je ne manquais jamais les Walt Disney, que je dévorais avec des yeux émerveillés. Très vite, mes parents m’ont emmené dans les salles de cinéma. Et c’est là que j’ai découvert un classique : "Autant en emporte le vent", de Victor Fleming, avec Clark Gable et Vivien Leigh, mais aussi "Ben-Hur", avec Charlton Heston. Par la suite, j’ai grandi avec les films de Bruce Lee, Steve McQueen et Jean-Paul Belmondo.

A vous entendre, vous n’aimiez que les films d’action ?

Détrompez-vous. J’aime autant un film d’amour qu’une comédie. Evidemment, les longs métrages d’action m’ont donné l’envie d’exercer le métier d’acteur, même si l’on doit être capable d’endosser plusieurs rôles dans sa carrière.

Selon vous, quelle est la mission du petit écran ?

Divertir et faire voyager, informer et instruire. C’est le plus important à mes yeux. La télévision est un formidable outil d’intégration, qui peut prendre efficacement le relais de l’école et aider nos enfants. Ce média a un impact impressionnant sur les gens. Il faut impérativement qu’il garde cette mission d’éducation et de développement de la culture générale.

La télé est-elle plus violente aujourd’hui qu’auparavant ?

J’ai plutôt envie de vous dire que le monde est plus violent en 2018 qu’il y a vingt-cinq, voire trente ans. La télé est une sorte de miroir. Ceux qui la font sont évidemment impliqués. C’est à eux de canaliser ce qui est important à diffuser. Si on veut qu’elle continue à exister et qu’elle ne se fasse pas manger par les médias digitaux, on doit la réinventer, car les codes changent très vite de nos jours.

Pourriez-vous vous en passer ?

Non, car même si je ne la regarde pas souvent, j’ai mes petites habitudes. Certains n’ont pas de télé et s’en portent très bien. D’autres, par contre, possèdent trois postes à la maison et ne peuvent plus s’en passer.

Justement, si vous aviez un conseil à donner aux assidus, quel serait-il ?

Aucun, c’est leur choix. Par contre, soyons prudents avec les enfants, qui ont tendance, de nos jours, à trop la regarder. Pour certains, c’est même devenu leur passe-temps favori. Là, je tire la sonnette d’alarme. Plutôt que de s’asseoir devant des émissions de télé-réalité, qu’ils aillent faire du sport !

"Expendables 2", ce soir à 21 h sur TF 1.

Marc Ducharlier

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET