Deux chefs "stars" chez Stéphane Bern

 © Gilles Gustine/FTV
© Gilles Gustine/FTV

Entre histoire et divertissement, l’animateur de France 2 propose un voyage dans le temps en compagnie d’un visage de "MasterChef" et d'un autre de "Top Chef".

L’histoire de France ne se limite pas qu’aux rois, reines et grandes batailles, mais concerne aussi l’art de vivre. "Si j’aime faire le récit des grands de ce monde, il existe un autre pan de l’histoire, plus "quotidien", qui me touche énormément", avoue Stéphane Bern. "Car cette histoire, c’est la nôtre. Pour ce premier numéro, nous remontons le couloir du temps pour raconter la naissance et l’évolution du restaurant à travers quatre grandes époques : le Moyen Age, le Grand Siècle, le XIXe et le début du XXe siècle. L’occasion de découvrir les origines de la fourchette, de la serviette ou de certains aliments. De comprendre l’engouement soudain pour les anguilles ou pour certaines herbes. En bref, l’émission montre que tout ce que l’on fait aujourd’hui a un sens, une histoire."

L’animateur n’est pas seul dans cette nouvelle aventure, puisqu’il peut compter sur deux chefs connus des téléspectateurs : Nathalie Nguyen ("MasterChef" 2011) et Grégory Cuilleron ("Top Chef" 2009). "Pour résumer, je dirais que cet incroyable retour dans le passé nous a rendus plus humbles", nous fait savoir Nathalie. "Avec Grégory, nous sommes tous les deux chefs de nos propres établissements, nous avons l’impression de maîtriser la cuisine, d’être modernes… Mais pour ma part, j’ai découvert, par exemple, que les épices que j’adore travailler étaient déjà énormément utilisées au Moyen Age ! Cette expérience nous a également permis de comprendre l’origine de certains automatismes que l’on peut avoir en cuisine, comme les règles d’hygiène par exemple, que l’on perpétue sans le savoir." De son côté, Grégory Cuilleron a été marqué par la valeur de certains produits : "Sur les marchés médiévaux, les fruits et légumes nobles de l’époque n’étaient pas du tout ceux d’aujourd’hui, puisque tout ce qui poussait près de la terre était destiné aux pauvres, tandis que ce qui poussait dans les airs était réservé aux seigneurs. Les pommes coûtaient donc plus cher que les cèpes ! Cette expérience pousse effectivement à l’humilité, car on se rend compte qu’on n’a rien inventé. Ce qui replace un peu l’église dans son village !"

Des décors incroyables

S’il y a bien une chose que Stéphane Bern retient du tournage, c’est sa tenue du Moyen Age : "Bon, le costume n’était pas le plus seyant, c’est vrai, mais l’exercice était très ludique. Et puis, j’étais très mal à l’aise dans mon costume du début du XXe – d’autant plus que le blanc ne me va pas du tout ! Non, vraiment, être transformé en gueux dans cette auberge du Moyen Age m’a beaucoup amusé ! Et puis, à partir du moment où vous êtes déguisé, vous ne pouvez pas vous prendre au sérieux… Une façon de démocratiser l’histoire en établissant une proximité avec le téléspectateur. Cette "Fabuleuse histoire" du restaurant a été une histoire professionnelle extraordinaire. On a tourné dans des décors incroyables, avec des figurants, des costumes, des accessoires, et avec toujours ce même soin apporté au moindre détail. L’atmosphère était telle qu’on se prenait au jeu. Comme au temps des guinguettes où l’on s’est mis à danser… Je comprends désormais ce que disent les comédiens : vous entrez dans votre rôle quand vous endossez le costume !"

"La fabuleuse histoire", ce soir à 20 h 55 sur France 2.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET