Véronic DiCaire : "Céline n’a pas tant changé que ça"

Véronci Dicaire a assuré la première partie des shows de Céline Dion durant l'été. Apega/WENN.com

Avant de revenir en Belgique avec son spectacle "Voices", l’imitatrice aux mille voix évoque pour nous son été passé aux côtés de Céline Dion, dont elle a assuré les premières parties de sa tournée.

Lorsqu’on évoque Véronic DiCaire, le nom de Céline Dion vient presque directement en tête. Et pour cause, c’est Céline qui l’a mise dans la lumière il y a dix ans en lui proposant d’assurer les premières parties de ses shows. Depuis, une véritable fidélité s’est instaurée entre les deux femmes. René Angélil a même produit Véronic. Autant dire que lorsque l’interprète de "My heart will go on" lui a demandé de l’accompagner à nouveau cet été dans sa tournée européenne, l’imitatrice ne s’est pas fait prier pour accepter.

C’est loin d’être la première fois que vous assurez ses premières parties…

C’était une stratégie élaborée par René lorsqu’il me produisait afin de me faire connaître. Que Céline ait décidé de continuer avec moi alors que René n’est plus là, ça me fait chaud au cœur. C’est une superbe preuve de confiance, car le rôle d’une première partie est de chauffer la salle.

Cette nouvelle salve de concerts était tout de même particulière. Il s’agissait de sa première grande tournée sans René. On a découvert une Céline transfigurée, épanouie comme jamais, se la jouant fashionista… Vous avez ressenti cette métamorphose ?

Honnêtement, pour moi, le principal changement, c’est que c’est elle qui décide désormais. Elle a pris en charge sa carrière. Mais par rapport à sa personnalité, c’est resté la Céline que je connais. Il n’y a pas tellement de différences. L’évolution n’a pas été flagrante pour moi.

En fait, la Céline qui se lâche découverte par le public dans les médias, c’est celle que vous connaissiez déjà en coulisses ?

Disons quand même que lorsque j’allais prendre le thé avec elle auparavant à Las Vegas, elle n’était pas habillée comme on l’a vue lors de son séjour à Paris. (Rires.) Mais je la comprends. Avec la Fashion Week, c’était l’occasion pour elle de s’amuser. Et ce n’est un secret pour personne qu’elle a toujours aimé la mode et les vêtements. Mais à part ses tenues, je ne pense pas qu’elle ait beaucoup changé.

Sur scène, elle s’est permis certaines audaces qu’on n’imaginait pas de sa part, notamment un numéro sexy avec son danseur Pepe Munoz. Ça vous a surprise ?

C’est un choix artistique personnel. Elle en avait envie. Cela dit, ce n’est pas à moi de commenter ça. Qui suis-je pour le faire ?

Dans vos spectacles, vous imitez Céline. Vous allez introduire des éléments de sa nouvelle personnalité plus délurée ?

Non, pas du tout. Ce n’est pas nécessaire. D’ailleurs, peu de choses changent pour mon retour avec "Voices". Les nouveautés, ce sera pour le prochain show. Début 2018, je vais m’atteler à la création d’un nouveau spectacle. J’ai déjà quelques idées. Mais en attendant, je suis très heureuse de retrouver le public belge. Je suis à la maison chez vous. Vos compatriotes m’ont immédiatement adoptée. Il y a une relation très familière avec les spectateurs.

Quelles sont les voix que le public préfère ?

J’ai toujours pas mal de réactions quand je fais Edith Piaf. C’est fou comme elle touche toutes les générations… Les gens apprécient aussi quand je reproduis des voix très éloignées de la mienne : Whitney Houston, Tina Turner… Et puis, il y a bien sûr les passages où j’imite Céline…

Comment Céline prend-elle vos imitations ?

Elle adore. Elle-même réalise des imitations lors des balances de son. Elle fait Cher ou Sia. Et elle a une grande autodérision.

Infos : Véronic Dicaire sera en spectacle le 3 novembre au Spiroudôme de Charleroi, les 4 et 5 novembre au Forum de Liège, le 7 novembre à Forest National et le 18 novembre au Théâtre Royal de Mons. Rés. : ticketmaster.be et teleticketservice.com.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET