Top chef, épisode 10 : de l’émotion bien dosée et un faux pas

Avant la dernière épreuve de la soirée, les candidats on pu savourer un plat d'exception chez Jean-François Piège.  © M6
Avant la dernière épreuve de la soirée, les candidats on pu savourer un plat d'exception chez Jean-François Piège. © M6

La semaine dernière, la tension était à son comble avec une guerre des restos enragée. Dans ce dernier épisode, l’ambiance était plutôt à l’émotion, sans non plus tomber dans le larmoyant. Le final réservait, quant à lui, une sacrée surprise.

Comme chaque semaine, place au récapitulatif des moments les plus marquants de cette neuvième saison de "Top Chef".

Esprit de famille

Ce lundi, ça sentait bon la cuisine de mamie dans le grand atelier de "Top Chef". Les cinq candidats toujours en lice disposaient de 1h30 pour réinventer un plat familial et connu de tous : le fameux rôti du dimanche. "Tout le monde a déjà mangé un rôti avec des oignons caramélisés dans le fond et des pommes sautées", se réjouit Camille, membre de la brigade Etchebest. Pour une première épreuve pourtant, on pouvait rêver mieux niveau originalité. Heureusement, la production avait tout  prévu pour rendre ce défi un peu plus passionnant. Les proches des cuisiniers sont venus les soutenir dans leur préparation, mais également les juger ! En plus d’un esprit de famille, un esprit de compétition s’est installé entre les chefs, désirant à tout prix rendre fiers leurs proches et obtenir leur qualification directe pour les quarts de finale.

Un savant mélange des genres

La recette pour un prime rempli d’émotion? Ajoutez deux à trois tonnes de bons sentiments, quelques litres de larmes et puis, sachez trouver le bon équilibre avec quelques anecdotes et moments drôles. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’émission d’hier soir a respecté ces étapes à la lettre, y compris la dernière.

Entre larmes…

Avant l’épreuve, les cinq concurrents se sont retrouvés un à un dans les vestiaires pour y découvrir une lettre de leurs proches, les surprenant ensuite de leur présence. Pour trois chefs, les larmes ont coulé. Clément, dernier membre de la brigade Darroze, était sous pression. Sa copine, Marine, est venue à sa rencontre, ce qui l’a complètement déstabilisé au point de brûler son rôti. Vincent, submergé par l’émotion, a pu recevoir un mot de son père qui l’a finalement galvanisé pour l’épreuve. Beaucoup plus ouvert, "il a laissé le cerveau de côté et c’est son coeur qui s’est exprimé", selon Michel Sarran. Enfin, Camille n’a pas su rester de glace face aux paroles de sa copine lui évoquant la mort de sa mère. La perdre lui a permis de se réfugier dans le monde de la cuisine. S’il en est là aujourd’hui, c’est grâce à elle.

… Et rires

Pour Victor et Adrien, l’heure était plutôt aux anecdotes et à la joie de retrouver ceux qu’ils aiment. Victor, poulain de Philippe Etchebest, a reçu une lettre de son meilleur ami, Benjamin, qu’il considère comme son frère. Comme tout frère qui se respecte, ce dernier n’a pas hésité à charrier son copain. Il a ainsi révélé au chef Etchebest que Victor en avait peur et ne désirait faire partie de sa brigade. "Maintenant, il y a plus de respect que de peur", s’est défendu le cuisinier face au meilleur ouvrier de France. Adrien, quant à lui, ouvrait une lettre de sa mère. Il a tout de suite reconnu son écriture qu’il imitait, petit, pour de fausses signatures. L’auvergnat se souvient avec humour de son échec scolaire, dur à avaler pour un mère professeur au lycée. Il avait à coeur de lui montrer que sa place aujourd’hui était derrière les fourneaux. Défi réussi, il accède directement aux quarts de finale.

La chute d’un favori

Les quatre candidats restants se sont retrouvés dans le restaurant de Jean-François Piège pour y savourer l’un de ses plats d’exception. Derrière cela, se cachait évidemment une deuxième épreuve, moins rythmée et fédératrice que la première. Elle consistait à se servir des mêmes ingrédients (homard, foie gras et coco) que ceux utilisés dans l’assiette tout juste dégustée, pour créer une nouvelle recette personnelle. Le but du jeu : ne pas faire une reproduction du plat du chef. Vincent était aux portes de la victoire avec un bouillon exceptionnel, selon Jean-François Piège. Malheureusement, il l’a saccagé en rajoutant de l’eau de coco. Cette erreur lui a fait perdre sa place de qualifié, au profit de Camille. Ce faux pas l’a projeté en dernière chance, avec Clément et Victor.

Finalement, au bout de dix semaines d’aventure, Vincent quitte le concours de cuisine. Comme quoi  seule une minuscule erreur peut faire la différence. "La cuisine, c’est un endroit où on échoue et où on se relève", relativise le Parisien souvent très sûr de lui. Parfois, mieux vaut en rire, qu’en pleurer…

Pour revoir l'épisode sur RTLplay, cliquez ici !

Martin Rousseau

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET