Stephen Hawking, une incroyable histoire de notre temps

Eddie Redmayne et Stephen Hawking, qu'il incarne dans "Une merveilleuse histoire du temps". © Universal
Eddie Redmayne et Stephen Hawking, qu'il incarne dans "Une merveilleuse histoire du temps". © Universal

L’astrophysicien est décédé ce 14 mars à l’âge de 76 ans. Rendu célèbre par le livre « Une brève histoire du temps », il était une sommité dans son domaine et une star pour la pop culture.

Stephen Hawking n’aurait sans doute pas pu choisir une date plus forte symboliquement pour son décès que ce 14 mars. Cette date, qui s’écrit 3/14 en format américain, est devenue "la journée de pi"… et correspond en prime au jour anniversaire de la naissance d’Albert Einstein. L’astrophysicien britannique s’est éteint à l’âge de 76 ans. "Nous sommes profondément attristés par la mort de notre père aujourd’hui. C’était un grand scientifique et un homme extraordinaire dont l’œuvre et l’héritage vivront de nombreuses années", ont partagé dans un communiqué ses enfants, Lucy, Robert et Tim. "Il avait dit un jour : "Cet univers ne serait pas grand-chose s’il n’abritait pas les gens qu’on aime.' Il nous manquera toujours."

Si Stephen Hawking est devenu aussi célèbre qu’Albert Einstein à cause de ses recherches pour percer les secrets de l’univers, il était identifiable pour tout le monde parce qu’une maladie neuronale dégénérative l’avait cloué dans une chaine roulante. Lui-même l’assumait : "Je suis certain que mon handicap a un rapport avec ma célébrité. Les gens sont fascinés par le contraste entre mes capacités physiques très limitées et la nature extrêmement étendue de l’Univers que j’étudie."

La maladie de Charcot

Né à Oxford en 1942, Stephen Hawking se révèle très jeune un esprit brillant. Il se destine à l’astronomie et part étudier la physique à la prestigieuse université de Cambridge. Mais à 22 ans, sa destinée toute tracée zigzague quand il apprend qu’il est atteint d’une maladie dégénérative, la sclérose latérale amyotrophique, appelée aussi la maladie de Charcot, qui va le paralyser peu à peu et finir par l’étouffer. Pour les médecins, il est condamné à brève échéance. Mais Hawking, malgré la dégradation inexorable de son corps, ne se laisse pas abattre. A partir de 1974, il n’est plus capable de se nourrir ou de se lever de son lit tout seul. En 1985, il doit subir une trachéotomie et ne peut plus parler. Pourtant, dans ce corps de plus en plus inerte, son esprit continue à tourner à 100 %, guidé par un but, comprendre l’univers. C’est lui qui développe la théorie des trous noirs qui, en plus d’absorber toute matière et la lumière, émettraient un rayonnement, appelé aujourd’hui "le rayonnement Hawking".

En 1988, l'essai
En 1988, l'essai "Une brève histoire du temps" rend Stephen Hawking célèbre dans le monde entier.

Reconnu par ses pairs, Stephen Hawking devient une référence pour un public plus large en 1988 en publiant "Une brève histoire du temps", qui tente d’expliquer la cosmologie, le Big Bang, la théorie des cordes, la physique quantique, de manière plus abordable pour le commun des mortels. Le livre est un succès mondial, avec 9 millions d’exemplaires vendus. Il se sert alors de sa notoriété pour multiplier les conférences, les interventions, toujours pour promouvoir la recherche scientifique. Son humour pince-sans-rire fait de lui une personnalité à part et la culture pop s’amourache de ce bonhomme atypique, dont la constante détermination affichée face à la maladie force le respect : on le voit jouer son propre rôle dans "Star Trek", "The Big Bang Theory". Même les Simpson l’appellent à la rescousse. U2, Pink Floyd et… les Monty Python l’inviteront aussi à "chanter" avec eux ! Le scientifique se servait d’un ordinateur pour communiquer, avec une voix digne d’un GPS pour traduire sa pensée.

Steven Hawking avec son épouse, Jane, un de leurs fils et des proches, en 1989, après une cérémonie honorifique. Jane aura été le grand amour de sa vie. © Reporters
Steven Hawking avec son épouse, Jane, un de leurs fils et des proches, en 1989, après une cérémonie honorifique. Jane aura été le grand amour de sa vie. © Reporters

"Une merveilleuse histoire du temps"

En 2014, la sortie du en salle d’"Une merveilleuse histoire du temps", de James Marsh, jette un nouvel éclairage sur la vie du grand astrophysicien. Il est joué par Eddie Redmayne, la vedette des "Animaux fantastiques", à qui ce rôle vaut l’Oscar de la meilleure interprétation. Mais l’intérêt du film vient surtout de ce qu’il raconte la vie de Hawking en se basant sur le livre "Travelling to Infinity : My life with Stephen", les Mémoires de Jane Wilde, sa première femme, jouée, elle, par Felicity Jones. Le grand drame romantique raconte moins l’ascension d’un scientifique de génie perturbée par la maladie qu’une incroyable histoire d’amour. Jane Wilde fait la connaissance de Hawking avant qu’il n'apprenne être malade. Quand le mal apparaît, elle choisit de rester à ses côtés, de le soutenir, quitte à renoncer à ses propres rêves.

LIRE EGALEMENT : "Un couple d'exception"

Eddie Redmayne et Felicity Jones redonnent vie à l'histoire de Stephen Hawking et à son histoire d'amour avec Jane Wilde dans
Eddie Redmayne et Felicity Jones redonnent vie à l'histoire de Stephen Hawking et à son histoire d'amour avec Jane Wilde dans "Une merveilleuse histoire du temps". © Universal

La réalité de la vie de l’auteur d’"Une brève histoire du temps" n’a malheureusement pas toujours été aussi romantique. Leur histoire prend fin en 1991, après la naissance de leurs trois enfants. En 1995, il se remarie avec son infirmière, Elaine Mason, dont il obtiendra le divorce en 2006. Deux ans auparavant, des documents avaient été dévoilés rendant compte des mauvais traitements que Mason faisait subir à son époux infirme. Jamais il ne se plaindra. Stephen Hawking avait fait sa dernière apparition publique il y a un an, à Hongkong, pour parler du réchauffement climatique, notamment. Fidèle aux recherches qui auront animé toute sa vie, il affirmait encore que les solutions viendraient "de la science et de la technologie". Jamais la maladie ne sera parvenue à détruire son esprit ni les tourments de la vie à noircir son coeur.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET