Sara De Paduwa : "Je suis une femme comblée"

Sara de Paduwa nous présente ses enfants à l'occasion de la fête des mères ! © Fred Guerdin
Sara de Paduwa nous présente ses enfants à l'occasion de la fête des mères ! © Fred Guerdin

A l’occasion de la fête des Mères, l’animatrice préférée des Belges a accepté de nous ouvrir les portes de son cocon familial. Réputée pour son rayonnant sourire, Sara cache pourtant des blessures douloureuses.

Que représente pour vous la fête des Mères ?

Une symbolique, car être maman m’a complètement changée, surtout après le passé compliqué que j’ai eu. Aujourd’hui, j’apprécie cette période de l’année, mais en même temps, j’ai envie de vous dire que c’est la fête des Mères tous les jours à maison. J’ai la chance d’avoir deux enfants énergiquement gentils, aux caractères bien différents et parfois bien trempés.

Recevoir un cadeau, c’est important pour vous ?

Oui, quand il s’agit de quelque chose confectionné à l’école. Louise est plus grande, donc elle écrit. Et quand je reçois un poème, je sens que c’est naturel. Elle m’a déjà surprise avec une carte où il y avait un super petit message qui m’a émue : "Je t’aime de tout mon cœur." C’était inattendu. Rafael, lui, il bricole des petits cadeaux.

Comment se passait la fête des Mères dans le passé ?

Il n’y en a pas eu beaucoup, vu que je voyais ma maman seulement quatre jours par mois. Je l’ai beaucoup aimée, mais je ne l’ai jamais comprise. J’ai essayé de lui faire ouvrir les yeux, qu’elle soit plus présente, mais il y a toujours eu une distance et un mal-être. C’est un regret car elle est décédée il y a douze ans. Je n’ai jamais eu le lien que j’aurais aimé avoir avec elle.

Et comment avez-vous réussi à vous reconstruire psychologiquement ?

En parlant, comme ici dans "Ciné-Télé-Revue". C’est important de témoigner, même si je sais que certaines personnes ont vécu un calvaire pire que le mien. Dans ce passé douloureux, j’ai trouvé une force. Et cette force, c’est la soif de vivre. De rester positive et de bonne humeur. Je me suis aussi créé des familles comme celle du volley quand j’étais gamine, ensuite de l’horeca, car j’ai travaillé longtemps dans ce secteur. C’est même là que j’ai rencontré Pablo, et maintenant, j’ai la famille VivaCité. Je recrée toujours ce type de schéma, en plus de mes proches et amis.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Sara de Paduwa dans Ciné-Télé-Revue du 9 mai 2018.

 

 

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET