Sandrine Dans : "Les rôles moches et décalés, c'est pour moi !"

 © RTL / Renaud Masson
© RTL / Renaud Masson

Ce dimanche, l'animatrice ne sera pas sur scène dans "Représailles", mais dans les coulisses, pour nous présenter l'envers du décor de la très attendue pièce du Télévie.

N'êtes-vous pas angoissée à l'idée de présenter cette émission spéciale, une des plus grosses audiences de l'année pour RTL ? Honnêtement ? Non. Le stress lié au direct ou au nombre de personnes qui vont suivre la pièce de théâtre, comme les 589 000 téléspectateurs l'année dernière pour "Boeing Boeing", ne m'angoisse pas. Par contre, être sur scène, comme je l'étais en 2018, est quelque chose de particulier dans le domaine du stress. Que voulez-vous dire ? C'est une décharge d'adrénaline que l'on ressent. Un peu comme un joueur de foot qui monte sur le terrain. Ce n'est pas un stress inhibant. Vous ne faites pas partie de la troupe cette année. Aviez-vous peur des "représailles" de la part de vos collègues ? Joli jeu de mots ! En fait, je ne joue jamais deux années de suite car c'est trop lourd. Il ne faut pas oublier que j'ai une émission quotidienne sur Bel RTL et

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET