Olivia Ruiz: " Je me fous du mariage "

 © Films de l’Elysée
© Films de l’Elysée

En 2012, la femme chocolat tentait de nous faire fondre au cinéma avec cette sympathique comédie sur une jeune fille rêvant d’un mariage de princesse.

Olivia Ruiz, avant de se faire connaître du grand public comme chanteuse en 2001 en participant à " Star Academy " – où seule Jenifer parviendra à l’empêcher de disputer la finale – avait un grand rêve. Et ce n’était pas forcément d’être sur scène… en tout cas pas uniquement pour chanter. Avec des amis, elle avait bien fondé dès 15 ans un groupe de rock. Elle avait ensuite fait la tournée des bars occitans avec un ami multi-instrumentiste et même tourné avec la formation de son papa. Cependant, la jeune fille rêvait aussi, voire surtout, de jouer la comédie.

" J’ai une formation de comédienne au départ, j’ai fait des études de cinéma, avant de bifurquer en communication et de tout lâcher pour la musique à 19 ans. Mais de mes 12 à mes 18 ans, j’ai fait partie d’une troupe de théâtre ", nous racontait la belle en 2012. Emportée par le succès de l’album " La femme chocolat ", en 2005, la chanteuse de Narbonne avait longtemps remisé au placard ses envies de jeu. Mais son ambition allait pouvoir renaître avec la sortie de cette gentille comédie de Martin Valente, " Un jour mon père viendra ", où pour son premier rôle, Olivia donnait la réplique à deux papas de cinéma au caractère bien trempé, Gérard Jugnot et François Berléand.

Le projet était né dans la tête du réalisateur. Quand il avait découvert Olivia dans ses clips décalés et virevoltants, il avait su qu’elle pourrait rayonner devant sa caméra. « Il a trouvé les mots pour me convaincre. Il m’a expliqué que c’était Jugnot et Berléand dans les rôles-titres, ce qui me rassurait. En lisant le scénario, j’imaginais leur tête, ça me faisait trop marrer. C’était la meilleure façon d’apprendre ce métier que d’être à côté de deux monstres sacrés comme eux ", confiait l’artiste en 2012, à la sortie du film. " Surtout, le rôle m’a attirée ", ajoutait-elle. " Les autres réalisateurs qui m’avaient approchée voulaient Olivia Ruiz la chanteuse. Sauf que moi, ça va m’amener quoi de jouer des personnages proches de moi ? "

Farouchement attachée à protéger sa vie privée, Ruiz incarne dans ce film Chloé, une personne très éloignée d’elle, qui rêve d’un grand mariage avec des parents impeccables, quitte à payer des professionnels pour le rôle ! " Elle est barrée ", se marrait l’actrice. " Cette façon de vouloir le mariage parfait au point d’engager un acteur pour jouer son père ! Elle est dans le phantasme de la princesse avec son espèce de Ken, dans tous les clichés ! "

Le mariage, ce n’est pas pour Olivia... " La princesse, la robe de mariée et tout, je m’en suis toujours mais foutu complet. Je n’ai jamais vraiment joué à la poupée. Je préférais déjà les robes de Catherine Ringer, des Rita Mitsouko. Les contes de fées, ce n’était pas le genre de la maison ! " Sept ans plus tard, les choses n’ont pas changé. Olivia est devenue maman d’un petit Nino en 2015, mais ne s’est jamais laissé passer la bague au doigt. Côté cinéma, elle aura attendu longtemps pour retenter sa chance, dans " Soledad ", du réalisateur Manuel Sanchez, toujours en développement aux dernières nouvelles.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET