Nous avons vu "Suicide Squad"

Nous avons vu "Suicide Squad" DR
Nous avons vu "Suicide Squad" DR

Spectaculaire, violent et drôle, le film d'anti-super-héros, en salle dès ce mercredi, tient ses promesses, surtout grâce à ses personnages décapants. Parmi eux, Margot Robbie en Harley Quinn pique la vedette à tout le monde – le Joker, lui, se réserve pour la suite...

C'est le blockbuster de l'été, si pas de l'année… vu la semi-déception de "Batman v Superman : l'aube de la justice". "Suicide Squad" débarque ce mercredi sur nos écrans précédé d'un bouche à oreille devenu de plus en plus démentiel, de bande-annonces retorses et spectaculaires en déclarations tonitruantes lors des divers Comic-Con.

Cette fois, ça y est, on a enfin pu voir le film censé renouveler le fonds de commerce de Warner en matière de superhéros. Avec des teigneux, des pas beaux, des pas gentils pour reprendre à leur manière la torche vacillante de la justice face à des méchants encore pires, dont franchement on se demandait à quoi ils pouvaient ressembler. "Les 12 salopards", mais avec des supertalents et des vannes qui tuent autant que leurs flingues.

Honnêtement, on n'est pas déçu. On en a pour son argent. Même si… Oui, il y a quelques "mais". En fait, seulement à propos de l'histoire. David Ayer, l'homme qui avait mis Brad Pitt dans un tank pour aller décimer du nazi dans "Fury" - preuve qu'il s'y connaît en matière de mission suicide -, échoue à franchement insuffler un vent de folie et de génie dans son scénario. On a donc bien une nouvelle histoire de supermenace que les héros, fussent-ils de mauvaise foi, vont aller éteindre à la fin dans un combat gigantesque anéantissant à peu près entièrement une ville. Ici Midway, pas très loin de Gotham City.

On est un cran en dessous de "Deadpool", aussi côté violence… mais lui était interdit aux moins de 17 ans, alors qu'ici, c'est seulement aux moins de 13 ans. Après l'inévitablement longue mise en place des nouveaux personnages, on a peu de temps pour s'amuser avec eux. C'est un peu frustrant, car la réussite essentielle de ce premier "Suicide Squad", ce sont bien eux, ces renégats obligés de sauver l'humanité sous peine d'avoir une puce qui leur explose dans le cou. Avec Harley Quinn en véritable reine du show. Margot Robbie a la part du lion en compagne barrée du Joker, et elle fait des étincelles. Un pur régal de lolita qui massacre à coups de batte de base ball tout en alternant les mimiques de chaton trop mimi. Attention à vous, la cheerleader démente a son revolver gravé "amour-haine" comme les mains de Robert Mitchum dans "La nuit du chasseur", et elle sait s'en servir ! Elle pique la vedette à Will Smith comme Steve McQueen l'avait piquée à Yul Brynner dans "Les sept mercenaires". Plus drôle, plus provocante, plus éclatante, plus impertinente. En Deadshot, la star des "Men In Black" fait pour sa part un peu trop gentil père de famille - comment espère-t-il un jour descendre Batman s'il a peur de faire pleurer sa fille ?

Les autres se partagent les restes avec bonheur. Cara Delevingne en sorcière, Jai Courtney en irascible Captain Boomerang, Joel Kinnaman dans la peau de Rick Flag, officier chargé de tenir ses salopards à l'oeil... Jay Hernandez en El Diablo se paie un beau moment de bravoure et Adewale Akinnuoye-Agbaje est mignon tout plein aussi en Killer Croc. Et le Joker ? Présenté comme l'attraction numéro 1 du film, il n'apparaît en réalité que quelques brèves minutes qui nous laissent sur notre faim. C'est sincèrement trop court pour dire si sa performance effacera ou non celle de feu Heath Ledger. On peut dire qu'on est dans la même veine réaliste et folle, guère plus. On reste longtemps à se demander s'il va rejoindre sa belle Harley et nos mercenaires. Mais ses interventions parcimonieuses servent visiblement surtout à le placer en pole position pour la suite. Jared Leto a d'ailleurs déclaré qu'il souhaiterait être de la partie dans le prochain "Batman" mis en scène par Ben Affleck. Batman, Gotham City pas loin… le Dark Knight se fend aussi d'une apparition dans "Suicide Squad". A ce propos, nous ne pouvons que vous recommander de ne pas quitter la salle trop vite à la fin du film…

Jean-Jacques Lecocq

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET