"Ni juge ni soumise" : le docu qui fait un carton

 CinéART
CinéART

Le "Strip-tease" version cinéma attire les foules. Rencontre avec sa protagoniste, la juge d’instruction atypique : Anne Gruwez.

Dès avant sa sortie, le 21 février, tous les médias en parlaient. Et pour cause, les piliers du magazine-culte "Strip-tease", Jean Libon et Yves Hinant, revenaient à la charge avec un film documentaire, fruit d’un travail de trois ans. Avec tous les codes qui ont fait leur succès : une peinture magistrale de la société, où surréalisme et crudité sans filtre le disputent à la drôlerie canaille de la vie dans ses aspects sordides. Le rendu ne serait pas aussi magistral s’ils n’avaient convaincu la juge d’instruction Anne Gruwez de filmer son quotidien. Et notamment ses péripéties pour retrouver l’assassin de deux prostituées. Un cold case d’il y a vingt ans pour lequel elle ira jusqu’à faire déterrer un cadavre presque frais pour prélèvement d’ADN.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET