Mort de Francis Lai: nos coeurs ne font plus “Dabadabada”

 © Reporters Francis Lai était âgé de 86 ans.
© Reporters Francis Lai était âgé de 86 ans.

Le compositeur français est décédé ce 7 novembre à Nice, à l’âge de 86 ans. Il avait aussi remporté l’Oscar de la meilleure musique pour “Love Story”.

Alors que Claude Lelouch a décidé de tourner avec Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée un troisième et ultime volet d’Un homme et une femme, Francis Lai, le compositeur de l’inoubliable musique originale, vient de tirer sa révérence à l’âge de 86 ans. Pour toujours, son nom restera associé à cette scène magique de cinéma, où Trintignant et Aimée s’étreignent sur la plage de La Baule pendant qu’on entend Pierre Barouh et Nicole Croisille fredonner “Dabadabada”.

© Reporters Francis Lai avec Claude Lelouch, Nicole Croisille et Jean-Louis Trintignant fêtant en 2016 les 50 ans d'
© Reporters Francis Lai avec Claude Lelouch, Nicole Croisille et Jean-Louis Trintignant fêtant en 2016 les 50 ans d'"Un homme et une femme".

Une d’autant plus belle histoire que cette BO était la toute première incursion dans la musique de film du compositeur niçois. Palme d’or au Festival de Cannes 1966, le film allait lancer directement la carrière de celui qui avait débuté en signant quelques-uns des derniers titres d’Edith Piaf, comme “L’homme de Berlin” et “Les gens”. Si Francis Lai reste fidèle à Claude Lelouch, composant la musique de “Vivre pour vivre”, “13 jours en France” et “La vie, l’amour, la mort" à la fin des années 60 et signant aussi en 1968 “La bicyclette” pour Yves Montand, il répond à l’appel du pied de Hollywood quand, en 1969, Arthur Hiller l’engage pour écrire la bande originale de “Love story”. Le mélodrame qui raconte l’histoire d’amour entre un jeune homme naïf (Ryan O’Neal), et une femme plus délurée et piquante mais rattrapée par la maladie (Ali MacGraw), va être un succès mondial. La mélodie au piano de Francis Lai, gracieuse et touchante, fait beaucoup pour pousser le spectateur à verser une larme. Elle lui vaut en 1970 le Golden Globe de la meilleure musique de film, suivie de l’Oscar. C’est la consécration. Sa musique fluide, claire, nostalgique avec l'accordéon souvent en invité, fait mouche.

Par la suite, Francis Lai va rester essentiellement associé à l'oeuvre de Claude Lelouch: 35 bandes originales écrites pour lui, dont “Itinéraire d’un enfant gâté”, “Les uns et les autres” (avec Michel Legrand), “Les Misérables”. C’est encore lai l’an dernier qui signait la musique de “Chacun sa vie”.

Francis Lai travaillera aussi pour d’autres réalisateurs, comme René Clément (“Le passager de la pluie”), Henri Verneuil (“Le corps de mon ennemi”), Yves Boisset (“Canicule”), Georges Lautner (“L’inconnu dans la maison”), l’Italien Dino Risi (“Ames perdues”), le Britannique David Hamilton (“Bilitis”), Claude Zidi (“Les ripoux”),le Russe Nikita Mikhalkov (“Les yeux noirs" 1987). Mais malgré de multiples nominations, il ne remportera bizarrement jamais le César de la meilleure musique.

© Reporters Avec sa femme
© Reporters Avec sa femme "Dagmar" l'an dernier, à l'avant-première de "Chacun sa vie".

Si, avec “Un homme et une femme”, son plus grand tube comme compositeur de chansons françaises restera “La bicyclette” écrite pour Montand, Francis Lai collaborera aussi avec Marie Laforêt, Dalida, Serge Reggiani, Mireille Mathieu, Johnny Hallyday (pour “L’aventure c’est l’aventure”), Françoise Hardy, Charles Aznavour (“Je n’attendais que toi”, qui aurait dû servir au film "Edith et Marcel"), Arielle Dombasle et bien d’autres. Très discret sur sa vie privée, Francis Lai était marié depuis plus de quarante avec Dagmar et était père de trois enfants. Il restera toute sa vie attaché à sa ville de Nice.

 

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET