Moi, Vincent, acteur tourmenté

Vincent Lindon présente "Rodin" au Festival de Cannes © Reporters
Vincent Lindon présente "Rodin" au Festival de Cannes © Reporters

"Un jour un destin" s'intéresse au comédien aux multiples récompenses ce dimanche. Un programme à découvrir en deuxième partie de soirée sur France 2

Pour un journaliste, interviewer Vincent Lindon relève un peu du défi. Non pas tant parce qu’il vous transperce d’un regard sincère qui vous sonde. Encore moins à cause de ses TOC, que vous oubliez au bout d’un quart de seconde. Mais parce qu’il s’apparente à un cheval fougueux, indomptable. Acteur sans concession, dans le doute constant malgré un César du meilleur acteur et un couronnement à Cannes, qui auraient dû le rassurer sur son talent, Vincent Lindon, dans la vraie vie, vous hypnotise.

Avec la passion qui l’habite, il vous raconte ses personnages comme s’ils ne les quittaient jamais vraiment, il vous emmène dans le secret de son art, dans ce souci maniaque du détail de l’interprétation, à la recherche de l’authenticité. Car elle est bien dans ces traits incomparables, son authenticité que retrace l’excellent documentaire de France 2. Pourtant, ce fils de la haute bourgeoisie est entré au cinéma par la petite porte, en tant que costumier de Gérard Depardieu sur le tournage de "Mon oncle d’Amérique", d’Alain Resnais. Comment a-t-il basculé de l’autre côté de l’écran, Laurent Delahousse vous le contera avec maestria, comme il ne manquera pas d’évoquer le grand amoureux que reste Vincent Lindon, qui a tenu, entre autres, dans ses bras la fille de Jacques Chirac pendant dix ans.


"Un jour un destin" - 22h55 - France 2

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET