Mika : "On m’appelait le Libanais, le pédé"

Mika témoigne du harcèlement qu'il a subi à l'âge de 8 ans... © Sky one
Mika témoigne du harcèlement qu'il a subi à l'âge de 8 ans... © Sky one

A l’occasion de la Journée internationale contre la harcèlement scolaire (le 8 novembre), le juré de "The Voice France" s’est confié sur ce traumatisme qu’il a également subi enfant.

"Je suis Mika et comme beaucoup de personnes j’ai été victime de harcèlement scolaire", ainsi débutait l’émission "Suite parentale" sur France 4, consacrée au harcèlement scolaire. Les yeux humides, la gorge serrée, le coach de "The Voice France" évoque cette époque où il venait d’arriver à Londres avec sa famille. Mika était alors un adorable petit garçon de 8 ans. "Elle (son institutrice) avait décidé que c’était moi qu’elle allait harceler. J’étais mis sur une chaise et je devais attendre une heure, deux heures, sans bouger. Je demandais d’aller aux toilettes et je n’avais pas le droit. Je faisais pipi sur ma chaise…"

Ce comportement révoltant a vite fait écho auprès des élèves du lycée Charles de Gaule de Londres qui l’ont également pris pour cible. "On m’appelait le Libanais, le pédé, mais ce n’étais pas seulement des mots. Il y avait des objets aussi." La star qui a fait son coming-out en 2012 évoque "des canettes et des cailloux ont été jetés à son visage."

Il se souvient aussi qu’il arrivait toujours systématiquement cinq minutes en retard au cours : "Non pas parce que j’étais désorganisé mais parce que je me cachais". Les mauvais résultats sur son apprentissage ne se sont pas fait attendre : "J’ai arrêté de parler, d’étudier, j’ai commencé à avoir des problèmes sévères d’écriture, je lisais très mal et j’avais honte de le dire à ma famille, à mes parents… parce que je n’étais pas assez normal".

La star internationale qui sortira prochainement un nouvel album et que l’on retrouvera début 2019 pour sa cinquième participation en tant que coach à "The Voice France" avoue : "J'aimerais bien dire que je n'ai pas de cicatrices de cette période de ma vie mais ça serait un mensonge et bien sûr, j'en ai". Un témoignage qui fait écho à celui de Jonathan que l’on a pu découvrir dans le film téléfilm de TF1 lundi dernier, "Le jour où j’ai brûlé mon coeur".

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET