Michel Leeb : "Mon fils, c’est moi en beaucoup mieux"

Michel et Tom sont unis par une complicité rare entre un père et son fils. © Reporters
Michel et Tom sont unis par une complicité rare entre un père et son fils. © Reporters

Alors qu’il fête ses 40 ans de carrière, nous avons réuni l’interprète du sketch de "La mouche et le bourdon" et son fils, Tom, qui a lui aussi décidé d’embrasser une carrière d’humoriste.

Chez les enfants de Michel Leeb, la fibre artistique, c’est une question d’hérédité. Sa fille aînée, Fanny, est chanteuse, sa cadette, Elsa, productrice du cinéma. Et entre les deux, son fils, Tom, est humoriste. Il est l’un des membres du duo Kevin et Tom, qui se produira à la mi-octobre en Belgique. L’occasion pour nous de réunir le père et le fils pour une interview tout en connivence.

Michel Leeb comme papa, ça donne quoi ?

Tom : Quand j’étais enfant, il était avec moi et mes deux sœurs comme il est sur scène, avec ses mimiques, ses imitations. Il faisait des sketchs, mais avec des peluches. Il nous racontait des histoires pour faire rire. Ce qu’on voit d’ordinaire dans les dessins animés, je le voyais en vrai à la maison.

Michel : Quand mes enfants ont eu 2 ans, j’avais 2 ans. Quand ils en avaient 6, j’en avais 6. Maintenant, Tom a 28 ans, c’est mon cas aussi, ce qui m’arrange. (Rires.) Je me suis adapté à ce qu’il est : un adulte responsable, que j’ai toujours essayé de bien élever. Mais je n’ai jamais été spécialement autoritaire ou sévère. J’ai toujours laissé Tom faire ce qu’il avait envie, et avec mon épouse, on a fait en sorte qu’il puisse réaliser ses rêves.

Et vous, Michel, que vous inspire votre fils ?

C’est moi, mais en beaucoup mieux. Il fait tellement de choses que je ne sais pas faire que ça m’épate. Il a un sens de l’observation inouï. Il regarde le comportement des gens et s’en imprègne, c’est une véritable éponge. Visuellement, il fait sur scène des choses époustouflantes : un T-Rex de "Jurassic Park", un cheval… Et puis, je suis très jaloux de son physique. C’est un beau mec.

Tom : Cela dit, en France, ce genre de physique ne correspond pas aux critères de la télé et du cinéma. Et le côté beau gosse, c’est encore plus casse-pieds pour l’humour, car les gens se font tout de suite un a priori.

C’est plus difficile pour un jeune comique de commencer aujourd’hui qu’il y a 40 ans ?

Michel : Oh ! oui. Il y a davantage d’humoristes. Il faut se battre plus qu’avant, jouer des coudes pour se forger une place. Il y a aussi beaucoup plus de chaînes de télé, les audiences sont complètement dispersées. A mon époque, il y avait trois chaînes. Je passais chez Guy Lux, tout le monde me voyait et le lendemain, je signais pour 70 dates de spectacle.

Vous n’avez pas hésité à donner un coup de pouce en prenant Kevin et Tom en première partie de votre spectacle…

Je n’en ai aucune honte. Je sais, je prends mon fils, et alors ? Ce qui compte, c’est qu’il est bon. Je ne l’aurais pas emmené si ce n’était pas le cas.

Tom : J’ai été très ému quand il me l’a proposé. J’avais joué avec lui dans la pièce « Madame Doubtfire », à 13 ans. Maintenant, le fait de faire sa première partie, d’être là pour chauffer sa salle, c’est formidable. Et puis, ça permet de nous voir.

Il y a entre vous une complicité rare entre un père et son fils…

Michel : Tom est la fois mon sang, mon meilleur ami et le mec qui me fait le plus rire actuellement. Il a toutes les qualités du monde.

Tom : On se marre beaucoup. Rire avec son père, c’est un privilège. J’ai plein de potes qui m’envient sur ce point. Et puis, je l’admire. 40 ans de carrière, ça impose le respect.

Michel : Je n’ai en tout cas pas l’intention de raccrocher. Pour moi, c’est comme un match de foot qui dure 90 minutes. Là, on est à la soixante-dizième minute. J’espère pouvoir finir le match dans de bonnes conditions et même qu’il y aura des prolongations.

 

 

Infos : Michel Leeb le 16 janvier à Forest National, le 2 mars au Forum de Liège et le 4 mars au PBA de Charleroi. Rés. : ticketmaster.be et forest-national.be. Kevin et Tom au Koek’s Théâtre de Bruxelles du 18 au 21 octobre (koeks.be) et le 22 octobre au Voo Rire Festival (voorire.be).

Remerciements à l’Hôtel Thon Bristol Stephanie.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET