Michaël Miraglia, fier de sa nouvelle émission "d’utilité publique"

"J’étais le premier angoissé à l’idée d’être confronté à des gens en difficulté", avoue Michael Miraglia. "En accompagnant ces équipes, j’ai été rassuré."  © RTL-TVI
"J’étais le premier angoissé à l’idée d’être confronté à des gens en difficulté", avoue Michael Miraglia. "En accompagnant ces équipes, j’ai été rassuré." © RTL-TVI

A partir du 8 novembre, le journaliste emmène les téléspectateurs en immersion au Centre Médical Héliporté de Bra-sur-Lienne.

Après "Appel d’urgence", une émission de plus sur le 112, est-ce bien nécessaire ? Elle est d’utilité publique, et je suis fier que la chaîne me l’ait confiée ! L’approche du tournage a été faite avec une telle pudeur et un tel respect que les interventions ne sont pas filmées juste pour leur côté spectaculaire, mais pour leur dimension pédagogique. Les séquences sur le vif sont accompagnées par mes explications en plateau sur les gestes qui sauvent dans l’attente des services de secours, sur comment réagir si on est au volant de sa voiture sur les lieux d’un accident et qu’on voit l’hélico arriver, par exemple. Que répondez-vous à ceux qui diraient "encore une émission anxiogène" ? Nous avons évité de filmer les interventions trop violentes avec des dommages corporels importants. Je peux vous assurer qu’il y a beaucoup de sobriété et de noblesse dans le traitement du sujet. J’étais le premier angoissé à l’i

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET