Maurane, si différente quand elle chantait...

Ce n’est pas un hasard si les mélodies les plus belles de Maurane sont aussi les plus mélancoliques... © Reporters
Ce n’est pas un hasard si les mélodies les plus belles de Maurane sont aussi les plus mélancoliques... © Reporters

Partie trop tôt ce lundi soir, Maurane était la parfaite incarnation de l’artiste, une écorchée vive qui transcendait ses zones d’ombre et les faisait briller.

Maurane nous l’avait confié en musique : elle était très différente sur scène ou en "promo à la télé" qu’en privé. Avec sa voix si pure, et si puissante, si veloutée, elle exprimait les tourments comme personne, car elle était elle-même une écorchée.

Ce n’est pas un hasard si ses mélodies les plus belles sont aussi les plus tristes ou mélancoliques, ainsi, en tête, des joyaux comme "Ca casse", "Mentir" ou "Sur un prélude de Bach". Lorsqu’elle paraissait en public, elle était un peu la rigolote de service, la bonne vivante, celle qui dit toujours ce qu’elle pense sans y mettre trop de formes. Bien sûr, elle était tout ça à la ville, une fille marrante et "cash" qui poussait des coups de gueule sur Twitter, par exemple. De la même manière, elle était aussi un être ultra-sensible, trop, sans doute, fragile et en souffrance. Elle pouvait être déprimée, et en conflit constant avec ses démons… Mais aussi loin ceux-ci l’emmenaient, elle pouvait, au même moment, irradier… un micro à la main. Maurane était ce mélange fascinant d’ombre et de lumière, une "Scorpione" vrai de vrai, ajouteront certains. Quelque part, et malgré la stupeur, on se dit qu’elle a enfin trouvé le calme intérieur auquel elle aspirait tant.

Quelles sont les mélodies de Maurane que vous garderez dans le cœur et la tête ? "Toutes les mamas" et son rythme festif ? Son interprétation starmanienne des "Uns contre les autres" ? "Tu es mon autre", son duo fusionnel avec Lara Fabian ?

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET