Maurane nous a quittés

Ce dimanche à la fête de l'Iris, la chanteuse rendait encore hommage à Jacques Brel. Le choc est immense...  © Reporters
Ce dimanche à la fête de l'Iris, la chanteuse rendait encore hommage à Jacques Brel. Le choc est immense... © Reporters

La nouvelle est tombée dans la nuit de lundi à mardi : la chanteuse belge de 57 ans a été retrouvée inanimée à son domicile.

"Du mal", chantait-elle de sa voix unique… L’annonce de sa mort nous en fait beaucoup, énormément, trop trop trop. Ce lundi soir, Maurane a été retrouvée inanimée chez elle à Schaerbeek. Un magistrat du parquet de Bruxelles s’est rendu sur les lieux. Dimanche, en hommage à Jacques Brel, elle était remontée sur scène, sur la place des Palais après deux ans sans concert. Le vide qu’elle va laisser est évidemment incommensurable.

Et il est difficile de résumer en quelques lignes celle qui avait non seulement un talent et une voix hors du commun, mais une personnalité, et des failles, qui la rendaient particulièrement humaine et attachante. Née Claudine Luypaerts le 12 novembre 1960, "Momo", comme ses intimes l’appelaient, avait grandi avec des parents artistes, son père Guy-Philippe était en effet compositeur et directeur de l’Académie de Musique de Verviers et sa mère Jeannie, professeure de piano. Dès l’adolescence, elle tente de percer dans la chanson, en courant les auditions et participant notamment au spectacle "Brel en mille temps" d’Albert-André Lheureux - avec Philippe Lafontaine – en 1979. C’est le musicien Pierre Barouh qui la découvre alors. Elle prit d’abord le pseudonyme de Claude Maurane puis Maurane tout court. Et sa carrière décolle véritablement en 1983 avec sa première scène au Forum des Halles de Paris, suite auquel elle sort son premier album "Danser".

En 1988, Michel Berger lui offre le rôle de Marie Jeanne dans la comédie musicale "Starmania" (2e version), lequel la propulse dans l’Hexagone. L’année suivante, son deuxième album "Toutes les mamas", lui ouvre les portes de l’Olympia. Quant au troisième, "Ami ou ennemi" (1991), qui contient les imparables "Ca Casse", "Du mal", "Mentir" ou l’impérissable "Sur un prélude de Bach",  il est incontestablement le plus réussi de son parcours. 

Habituée des "Enfoirés", Maurane était proche de Véronique Sanson et de Lara Fabian, compatriote avec laquelle elle avait immortalisé une très émouvante version de "Tu es mon autre". Dimanche, Maurane comblait le public bruxellois en rendant sur scène un hommage à Jacques Brel lors de la fête de l'Iris. Un souvenir qu'elle a tenu à partager sur Twitter avant de rejoindre l'artiste qu'elle admirait tant. Elle avait justement confié préparer un album en mémoire de celui-ci... 

Nos pensées vont vers sa fille de 24 ans, Lou, qu’elle a eue avec Pablo Villafranca qui fut son époux. 

Jean-Philippe Darquenne

 

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET