Louane ne nous met pas en appétit dans "Les affamés"

Louane dans "Les affamés". © StudioCanal
Louane dans "Les affamés". © StudioCanal

La chanteuse ne peut rien pour sauver du naufrage la première réalisation de la romancière Léa Frédeval, adaptée de son propre roman. Préférez sa voix dans "Les indestructibles 2".

Zoé a 21 ans et déjà plus beaucoup de place dans sa vie pour le rêve et les illusions. Stagiaire, elle vit chez son copain qui ne tarde pas à la larguer et se retrouve en quête d’un nouvel appartement. Mais sans rentrées fixes, elle n’a bientôt d’autre choix que de sous-louer une chambre dans une colocation. Si l’ambiance entre les différents colocataires est bonne, chacun tire le diable par la queue pour parvenir à boucler son mois. L’exaspération gagne Zoé. Elle en a ras le bol de voir la jeunesse sacrifiée et se lance dans une croisade pour le droit des "affamés", les jeunes sans boulot, sans argent et exploités sans qui la société ne tournerait pas… Il y a beaucoup de bonnes idées dans "Les affamés", cette première réalisation de la romancière et bloggeuse Léa Frédeval, qui a 27 ans a décidé d’adapter elle-même son livre. Hélas, si les bonnes idées suffisaient à faire un bon film, depuis le temps, ça se saurait.

La colocation dans
La colocation dans "Les affamés", pas si souriante que l'on croit. © Studio Canal

La mise en scène, si on peut utiliser ce terme, tombe complètement à plat, tentant de nous faire avaler un récit qui tire dans tous les sens. On a l’impression un moment que Frédeval veut réaliser sa version générationnelle et amusante de "Fight Club", sauf que le combat ici se résume à créer un blog et lancer l’une ou l’autre action paresseuse sans souci de crédibiliser l’histoire, oubliée de toute façon en cours de route. L’intrigue se disperse en plus en essayant de nous intéresser, en vain, au sort personnel et sentimental de son héroïne principale. Officiellement chargée de tenir le film sur ses épaules, Louane Emera a de son côté plutôt tendance à confirmer qu’elle est une actrice sans saveur, sans nuance et sans intensité. Pour ajouter au naufrage, les dialogues sont souvent indigents et la musique fait par moments penser au cinéma érotique des années 1970. Le film fonctionne par à-coups, lors de l’une ou l’autre petite scène ou d'un caméo (Alex Vizorek dans une double apparition). Mais même si le thème reste interpellant et qu’il montre la réalité de la vie quotidienne des jeunes actifs, c’est loin de suffire à justifier le prix d’un billet de cinéma. Les temps sont durs aussi pour les spectateurs.

La superfamille Parr, de nouveau unie dans la lutte contre les méchants. © Disney/Pixar
La superfamille Parr, de nouveau unie dans la lutte contre les méchants. © Disney/Pixar

Si vraiment vous rêvez d’entendre Louane, on ne saurait trop vous conseiller de préférer aux "Affamés" le nouveau film d’animation de Brad Bird, "Les indestructibles 2", qui sort également ce mercredi. Louane, qui nous parle de sa prestation dans le "Ciné-Télé-Revue" de ce jeudi, y prête sa voix à Violette, l’ado de la superfamille Parr. Ce film du réalisateur de "Ratatouille" et de "Mission : impossible – Protocole fantôme" réunit le meilleur du film d’animation moderne et du film d’action !

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET