Linda Hardy : " J’ai besoin de me mettre en danger "

 © François Lefebvre/FTV
© François Lefebvre/FTV

Elle a créé avec succès une marque de bonbons, mais ne renonce pas à un métier " qu’elle aime plus que tout " : la comédie.

On imagine que Patrick Sébastien vous a invitée pour parler de votre actualité. On ne vous verra pas au trapèze ?(Rires.) Non… Il n’empêche que le métier de comédien est un métier d’équilibriste. Patrick est quelqu’un que j’aime beaucoup. On ne participe pas aux émissions exclusivement pour faire de la promo, mais aussi parce qu’on sait qu’on va passer un bon moment. On est un peu au spectacle quand on est dans son divertissement.On voit dans ce " Plus grand cabaret " des numéros bluffants. Quel regard portez-vous sur ces acrobates qui, comme vous, appartiennent à la grande famille des artistes.Ce qui m’impressionne au-delà de la performance, c’est la quantité de travail qu’il y a à la base de ces numéros et la persévérance nécessaire pour en arriver-là. Si l'on fait une comparaison avec les comédiens, c’est une abnégation au travail qui est encore plus forte. Ce n’est pas la même chose de travail

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET