Les méchants font la loi

 © D.R.
© D.R.

Dans les années 80, les soap-opéras squattent quasiment toutes les soirées, alors que le pétrole coule à flots et que les héros croulent sous les dollars. Retour sur les anti-héros les plus emblématiques de l’époque.

1. J.R. Ewing ("Dallas")

Derrière le succès des sagas familiales, il y a notamment le fait que pour la première fois, le héros n’est plus spécialement un gentil. J.R. Ewing (Larry Hagman), avec son petit rictus de satisfaction chaque fois qu’il commet un coup tordu, devient ainsi l’archétype du "méchant qu’on aime haïr". L’épisode "Qui a tiré sur J.R. ?" a battu, en 1980, tous les records d’audience aux Etats-Unis avec 86 millions de téléspectateurs et 76 % de parts de marché. Un score dont n’importe quelle série aujourd’hui rêverait.

source.gif

2. Alexis Carrington ("Dynastie")

Quoi de mieux pour damner le pion à J.R. et faire concurrence à « Dallas" que de remplacer le méchant… par une méchante ! Absente de la saison 1, c’est Alexis Carrington, ex-épouse vengeresse qui veut tout faire pour détruire la vie de Blake Carrington, qui permettra à « Dynastie" de voir ses audiences s’envoler dès sa deuxième année, faisant au passage de Joan Collins une véritable star, au point d’être surnommée la "J.R. en jupon" et de redéfinir le concept de garce à l’écran dans une série qui comportait pourtant déjà quelques jolis spécimens, comme Fallon, la fille nymphomane du clan.

joan-collins-gif.gif

3. Angela Channing ("Falcon Crest")

Place cette fois à la matriarche, qui règne non plus sur des puits de pétrole mais des centaines d’hectares de vignes. Un domaine viticole qui compte plus à ses yeux que la vie de ses propres enfants, se livrant au passage à une lutte sans merci avec son neveu pour demeurer la seule véritable maîtresse des lieux. Un rôle qui a permis à la première épouse de Ronald Reagan, Jane Wyman, de revenir sous les feux des projecteurs à 65 ans passés.

tumblr_onkxx2cvTR1tl3x3so5_500.gif

4. Abby Fairgate ("Côte ouest")

Décidément, les femmes ont le mauvais rôle durant les eighties. Pour booster les audiences de la série dérivée de « Dallas", les producteurs misent sur une blonde vénéneuse, jouée par Donna Mills, obsédée par la richesse et le pouvoir, qui jette son dévolu sur Gary Ewing et brise son mariage. Un personnage de tigresse sans scrupules, prête à tout pour arriver à ses fins.

giphy (5).gif

5. Adam Carrington ("Dynastie")

Comme si un méchant ne suffisait pas, de nombreux soaps ont multiplié les vilains pour corser les intrigues. Dans son genre, Adam Carrington, fils caché de Blake et Alexis, est plutôt gratiné, surclassant même sa mère dans l’ignominie, violant la fille du majordome et allant jusqu’à tenter d’assassiner Jeff Colby, alors marié à sa sœur Fallon. Un vrai psychopathe…

giphy (3).gif

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET