"Les Bracelets rouges" : pourquoi la série révolutionne le genre médical

Notamment parce que "'Les Bracelets rouges' est plus proche de notre éventuelle propre expérience de l’hôpital", note Sarah Sepulchre, professeure à l'UCL. © TF1
Notamment parce que "'Les Bracelets rouges' est plus proche de notre éventuelle propre expérience de l’hôpital", note Sarah Sepulchre, professeure à l'UCL. © TF1

La deuxième salve de la fiction qui dépeint avec justesse le quotidien d’enfants et d’adolescents gravement malades est lancée ce lundi 11 mars, à 21 h, sur TF 1.

Fort du succès de sa première saison déployée l’an dernier, "Les Bracelets rouges" nous revient à l’antenne avec une suite en huit chapitres. Adaptée d’un format espagnol (qui s’est déjà reproduit aux quatre coins du globe), la série narre la véritable histoire d’Albert Espinosa, un vaillant catalan qui a survécu à trois cancers. La particularité du feuilleton, c’est qu’il met en lumière un groupe de jeunes dans un service d'hospitalisation de longue durée.  LIRE EGALEMENT : "Une saison 2 pour "Les Bracelets rouges"" Car si la série médicale vit actuellement un nouvel âge d’or – entre "Grey’s Anatomy" et "Good Doctor", on ne compt

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET