Le temps s’est arrêté à Brescello

 Archives CTR
Archives CTR

En février prochain, il y aura 50 ans que Fernandel nous quittait, emporté par un cancer généralisé à l’âge de 68 ans. Si le bonhomme lui-même avait une réputation médiocre, l’artiste, lui, enchante toujours les cœurs aujourd’hui.

Humoriste applaudi dès son arrivée à Paris en 1928, le Marseillais allait connaître rapidement la même réussite au cinéma. Dès le milieu des années 30, il devint ainsi une grande vedette grâce au « Schpountz » et aux adaptations de Marcel Pagnol, comme « Topaze ». Mais que dire du triomphe que sera, à partir de 1952, son rôle de Don Camillo ? Il incarnera cinq fois le curé de Brescello. Et si la maladie n’en avait pas décidé autrement, Fernand Contandin l’aurait joué une sixième fois, dans « Don Camillo et ses contestataires ». Le rôle fera de lui une star comme, une décennie plus tard, la saga du « Gendarme » installera Louis de Funès au firmament des acteurs comiques. Et dire que si le comédien Jacques Morel avait été disponible, on n’aurait jamais proposé ce rôle à Fernandel… Le personnage fut imaginé à l’origine dans de courtes nouvelles écrites par le journaliste italien Giovannino Guareschi, dans le but de se moquer du Parti communiste, alors une des premières

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET