Le téléfilm sur le Bataclan ajourné

Le président Macron et la maire de Paris Anne Hidalgo se recueillant devant le Bataclan le 13 novembre 2017. © Reporters
Le président Macron et la maire de Paris Anne Hidalgo se recueillant devant le Bataclan le 13 novembre 2017. © Reporters

Cédant à la pression des internautes et aux pétitions, France 2 reporte la production de "Ce soir-là", le téléfilm qui revenait sur les attentats du 13 novembre à travers une histoire d’amour.

Le 27 novembre dernier, France 2 lançait le tournage du téléfilm de "Ce soir-là", qui revenait sur les attentats parisiens du 13 novembre 2015, et particulièrement sur l’attaque sanglante du Bataclan. Réalisé par Marion Laine, joué par Sandrine Bonnaire, Naidra Ayadi et Simon Akbarian, ce téléfilm entendait raconter cette tragédie à travers le prisme d’une histoire d’amour.

S’il est de plus en plus courant aujourd’hui de voir des événements, aussi bien heureux que dramatiques, rapidement réinterprétés à travers des films, des livres, voire des tableaux, cette fois, la réaction des internautes a été massivement négative.

Beaucoup de réactions de colère et de haine de la part d’anonymes ont éclos sur le Net, mais il y a eu aussi l’incompréhension de personnes plus concernées. Comme une certaine Claire Peltier, dont le compagnon, père de ses deux enfants, a été assassiné cette nuit-là. Pour elle, il "est trop tôt", "le temps de la justice n’est même pas passé".

"Qui sont ces gens pour oser penser que ce projet ne va pas nous faire de mal ? On nous parle d’une romance, quel décalage avec ce qu’on a vécu ! C’est indécent. Nous, on l’a perdu, notre amour", a-t-elle confié à Elle.

Environ 43 000 personnes ont signé sa pétition exigeant l’arrêt de la production du téléfilm, avant même d’en connaître le contenu réel. Fanny Rondeau, la directrice de la fiction de France 2, a dans un premier temps tenté de rassurer en précisant que cette histoire d’amour entre deux personnes qui portent secours aux victimes du Bataclan n’était pas du tout racoleuse : "L’idée, ce n’est pas du tout d’être voyeur sur les attentats, pas du tout, on ne verra rien de ça […]. On veut être respectueux", a-t-elle expliqué. Mais finalement, Delphine Ernotte, responsable de France Télévisions, via un communiqué, a annoncé que la chaîne cédait à la pression de la censure populaire. Alors que le téléfilm était en cours de montage, tout a été stoppé net : "France 2 a pris la décision d’ajourner ce projet, tant que la production du téléfilm n’aura pas consulté largement l’ensemble des associations des victimes", a-t-elle assuré.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET