Le nouveau “Predator” au cœur de la polémique

Olivia Munn a dénoncé la présence au casting d'un délinquant sexuel. © Reporters
Olivia Munn a dénoncé la présence au casting d'un délinquant sexuel. © Reporters

A un mois de sa sortie, le nouveau film de la célèbre saga coupe une scène où apparaissait un réel prédateur sexuel condamné, dénoncé par l’actrice Olivia Munn.

Coup de froid sur le Festival de Toronto, qui a ouvert ses portes le 6 septembre dernier, lors de la présentation de Predator, de Shane Black, qui a filé sur le tapis sans accorder le moindre commentaire à la presse. Le réalisateur de ce nouvel épisode, qui s’inscrit après le tout premier “Predator”, avec Arnold Schwarzenegger, et sa suite, avec Danny Glover, a la particularité d’avoir joué dans la version originale.

Mais ce n’est pas cela qui a retenu l’attention. Le parfum de polémique est même né avant l’ouverture du festival de cinéma canada : Olivia Munn, l’actrice principale, a dénoncé à la 20th Century Fox la présence au casting de Steve Striegel, un acteur condamné à six mois de prison pour avoir essayé, via des approches sur les réseaux sociaux, d’entretenir des relations sexuelles avec une mineure de 14 ans. Striegel n’avait qu’un petit rôle dans le film, une seule scène en fait, face à Olivia Munn. Quand le studio a appris la nouvelle, il a été décidé, en catastrophe, à un mois de la sortie du film, de couper cette scène litigieuse.

Shane Black a fini par présenter ses excuses. Reporters / Mega
Shane Black a fini par présenter ses excuses. Reporters / Mega

Shane Black a dans un premier temps assumé l’engagement de Striegel, qui comptait parmi ses amis, avant de faire machine arrière. Le réalisateur a présenté ses excuses dans un communiqué : “Après avoir lu les articles de ce matin, il est tristement devenu très clair que j’ai été induit en erreur par un ami. Je voulais vraiment croire qu’il me disait la vérité en décrivant les circonstances de sa condamnation. Je crois fermement aux deuxièmes chances mais on découvre parfois que ce n’est pas aussi légitime qu’on l’aurait espéré. Après en avoir appris plus sur les déclarations, les transcriptions et d’autres détails autour de la condamnation de Steve Striegel, je me déçois moi-même. Je m’excuse auprès de ceux que j’ai laissés tomber en laissant Steve tourner autour d’eux sans leur donner le choix.”

LIRE EGALEMENT : ""Predator" revient"

Il n’empêche que depuis ses révélations, Olivia Munn a assuré qu’elle se sentait mise à l’écart par le reste du casting. Et, sur Twitter, elle a réagi au communiqué de Shane Black de manière très sèche, rappelant que l’article du Los Angeles Time dénonçant la présence de Steve Striegel au casting précisait que “Shane était au courant des faits. C’était un “choix personnel” de continuer à travailler avec un délinquant sexuel. Mais moi, je n’ai pas eu le choix. La décision a été prise à ma place. Et ce n’est pas normal”.

 

Les collègues du délinquant sexuel condamné devaient-ils être informés de son passé ou celui-ci, quelle que soit la gravité des faits, avait-il droit à l’oubli ? La question ne risque pas d’être résolue rapidement…

Olivia Munn et Boyd Holbrook en délicate posture dans
Olivia Munn et Boyd Holbrook en délicate posture dans "Predator". Reporters / Capital Pictures

Boyd Holbrook, Alfie Allen, Olivia Munn, Trevante Rhodes, Keegan-Michael Key, Sterling K. Brown, Thomas Jane et le jeune Jacob Tremblay, les acteurs principaux de
Boyd Holbrook, Alfie Allen, Olivia Munn, Trevante Rhodes, Keegan-Michael Key, Sterling K. Brown, Thomas Jane et le jeune Jacob Tremblay, les acteurs principaux de "Predator". © 20th Century Fox

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET