Le fabuleux destin de Winnie l’ourson

Winnie l'Ourson et ses amis sont de retours à l'écran, plus réels que jamais !  © Studios Disney
Winnie l'Ourson et ses amis sont de retours à l'écran, plus réels que jamais ! © Studios Disney

Dès ce mercredi, un air doux va souffler dans nos salles de ciné : "Jean-Christophe et Winnie" nous offre des retrouvailles avec le plus gentil héros de notre enfance. En live, cette fois !

Les effets numériques, la motion capture, la 3D, c’est très bien, ça permet de voir des superhéros soulever des villes entières à bout de bras comme si on était au balcon. Mais le vrai coup de maître de toutes ces innovations technologiques n’est-il pas de réussir à donner vie aux héros de notre enfance ? Aujourd’hui, on peut voir Paddington se balader dans les rues de Londres, Pierre Lapin chiper des carottes dans le potager, Mowgli s’endormir sur le ventre de Balou et, en parlant d’ours, voir Winnie et ses amis à vélo dans la campagne anglaise. Ils sont là, en vrai, avec nous. Ce n’est ni du dessin animé ni un nain dans une peluche articulée. Le cinéma a acquis la faculté de matérialiser nos héros d’enfance tout en les revisitant pour la jeunesse actuelle. Pas étonnant qu’on fasse de grands yeux mouillés devant ces petites madeleines acidulées.

Avec Mowgli, adapté pour la seconde fois en live en deux ans, Winnie est sans doute celui qui parle le plus à notre mémoire de continentaux. Paddington et Pierre Lapin sont restés longtemps plus anglais alors que le petit ours, créé en 1926 par le Londonien Alan Alexander Milne, a traversé la Manche très tôt. Ce qui a accéléré son succès à l’international tient à ce que, dès les années 30, il a intéressé les Etats-Unis et Disney. Avec un procès-fleuve à la clé.

Mais commençons par le début. Comme beaucoup de personnages animaliers, Winnie a été inspiré à son créateur par son propre fils, Christopher (devenu Jean-Christophe en version française). Si Winnie doit son nom à l’ourse Winnipeg qu’il allait régulièrement admirer avec son fils au zoo de Londres, c’est en le regardant jouer avec ses peluches que Milne a eu l’idée de créer la forêt des Rêves bleus, cet univers plein de tendresse où Winnie et ses amis vivent de petites aventures fantaisistes sans jamais la moindre violence ou angoisse. Il faut dire qu’Alan Milne avait connu la Grand Guerre et, avant de revenir sur ses positions en 1940, en avait revenu antimilitariste. Il publia même en 1934 "Peace with honour ", un pamphlet dans lequel il dénonçait les conditions de vie des soldats et l’atrocité des batailles. Pour son fils, il ne voulait que de l’amour.

Jean Rochefort en maître conteur

Winnie et ses amis de la forêt des Rêves bleus, Tigrou, Porcinet, Maître Hibou, Coco Lapin, Bourriquet, Maman Gourou, connaissent vite le succès en Angleterre et attirent l’attention du producteur américain Stephen Slezinger, qui s’est fait une spécialité de racheter les droits d’exploitations aux USA de héros de papier comme Tarzan. Malin, il passe un accord avec Walt Disney, qui va faire de Winnie la star des 3-8 ans, en multipliant les adaptations et les produits dérivés, déjà ! Cela ne va pas être sans conséquences plus tard : l’accord meurt avec Slezinger, mais en 1991, ses descendants intentent un procès à la firme Disney. Ils affirment que les droits sur ces produits dérivés n’ont jamais été payés et qu’ils ont été floués de deux milliards de dollars. La procédure ne s’achèvera définitivement qu’en 2012, en faveur de Disney. Le monde de Winnie n’est peut-être que douceur, mais l’univers de ses créateurs, c’est Dallas !

Disney a fait de Winnie un personnage mondialement populaire à coups de nounours, de disques et dessins animés. En 1977, « Les aventures de Winnie l’ourson » est le 22e classique Disney. Il réunit en fait trois courts métrages plus vieux. C’est surtout à partir des années 80 que Winnie the Pooh va devenir une vraie star, grâce aux différentes séries télévisées, dont les inoubliables « Aventures de Winnie l’ourson » contées, entre 1983 et 1987. Pour beaucoup de trentenaires et quadras, la voix de Jean Rochefort est associée à jamais à leur enfance grâce à ce personnage délicieux. Mais Winnie et ses amis sont revenus depuis trois fois à la télévision et dans six longs métrages, avec la voix aussi reconnaissable entre toutes de Roger Carel, et, depuis 2011, de Jean-Claude Donda. Ce premier live est donc la huitième grande aventure de Winnie. Et certainement pas la dernière. Dans "Jean-Christophe et Winnie", l’ourson et ses amis se donnent pour mission de rendre son imagination à Jean-Christophe (joué par Ewan McGregor), devenu terriblement adulte. Rendre aux grands leur âme d’enfant, vaste programme qui réclamera au moins une suite !

 

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET