Le coach des Diables se livre

Roberto Martinez accorde rarement des interviews. Pour votre magazine, il s'est confié sans détour. Et c'est touchant !

Malgré la réussite de ses débuts en tant que sélectionneur de la Belgique (12 sur 12), Roberto Martinez n'est pas du genre à se pousser du col ou à snober son interlocuteur, qu'il accueille d'une poignée de main ferme et chaleureuse. Bienveillant, passionné et surtout passionnant à écouter, l'Espagnol affirme se sentir bien dans notre pays, qu'il commence seulement à découvrir. Pour Ciné-Télé Revue, il a accepté de lever un coin du voile sur sa personnalité, comme il ne l'avait jamais fait depuis son arrivée chez nous, l'été dernier. Comment expliquez-vous que vous ayez été choisi pour succéder à Marc Wilmots ? Vous posez sans doute cette question à la mauvaise personne ! J'ai travaillé dix ans comme manager dans un club, dont les sept derniers en Premier League anglaise, une compétition extrêmement exigeante. J'ai toujours aimé relever des challenges qui m'enthousiasm

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET