Lambert Wilson, charismatique coup de coeur du FIFF

Lambert Wilson, à tout juste 60 ans, la classe incarnée. Reporters / Abaca
Lambert Wilson, à tout juste 60 ans, la classe incarnée. Reporters / Abaca

Pour sa 33e édition, du 28 septembre au 5 octobre, le Festival international du film francophone de Namur invite l'un des plus grands représentants du cinéma français.

La 33e édition du Festival international du film francophone de Namur, qui se déroulera du 28 septembre au 5 octobre, nous réserve un coup de cœur plein de charme et d’élégance, avec la venue de Lambert Wilson, le plus British des acteurs français !

Chaque année, le FIFF met à l’honneur une personnalité emblématique du cinéma francophone : Jean Rochefort, Philippe Noiret, Bernadette Laffont, Jean-Claude Brialy, Sandrine Bonnaire, Emmanuelle Béart, Kristin Scott Thomas, Isabelle Huppert, Elsa Zylberstein, Ariane Ascaride, Benoît Magimel, Josiane Balasko, Audrey Tautou, Vanessa Paradis, Sergi Lopez ont, entre autres, déjà eu droit à cette invitation. Lambert Wilson s’inscrit merveilleusement dans cette liste prestigieuse.

A 60 ans depuis le 3 août, Lambert Wilson est l’un des plus internationaux des acteurs français. Il a d’ailleurs débuté en 1977 dans “Julia”, sous la direction de Fred Zinnemann. En plus de quarante ans de carrière, Wilson a montré qu’il était aussi à l’aise dans le drame (“L’odyssée”, sur la vie de Cousteau) que la comédie (“Sur la piste du Marsupilami”) et même les blockbusters US (“Matrix Reloaded” et “Matrix Revolutions”). Depuis 1985, Lambert Wilson a été nominé six fois aux César, pour ses performances dans “La femme publique”, “Rendez-vous”, “Hiver 54, l’abbé Pierre”, “On connaît la chanson”, “Jet set”, “Des hommes et des dieux”. Dernièrement, il a encore varié les rôles, passant de la comédie “Telle mère, telle fille”, avec Camille Cottin et Juliette Binoche, au drame historique dans “L’échange des princesses” ou encore la vie des militaires dans “Volontaire”. Il vient d’achever le tournage du thriller “Les traducteurs”, donne la réplique à Virginie Efira dans “Benedetta”, sous la direction de Paul Verhoeven, puis enchaînera avec “Hamlet Revenant”, une adaptation à notre époque, par le Britannique Ken McMullen, de la célèbre pièce de Shakespeare. Admirateur d’Yves Montand, Lambert Wilson a aussi sorti un album hommage à l’œuvre de l’artiste et est parti en tournée l’an dernier avec le spectacle musical "Lambert Wilson chante Yves Montand".


dans
dans "Hiver 54, l'abbé Pierre". © Archives CTR

Lambert Wilson et Jean-Marie Frin dans
Lambert Wilson et Jean-Marie Frin dans "Des hommes et des dieux". © Archives CTR

"Sur la piste du Marsupilami", avec Alain Chabat et Jamel Debbouze. © Archives CTR

En Cousteau dans
En Cousteau dans "L'Odyssée". © Archives CTR

 

Pour rappel, cette année, c’est le très remarqué au Festival de Cannes "Nos batailles", du Belge Guillaume Senez, qui ouvre le Festival. Pour l’occasion, Romain Duris, la vedette du film, sera présent. Mais Virginie Efira viendra aussi défendre « Un amour impossible », de Catherine Corsini. Juste quelques noms parmi beaucoup d’autres qui compléteront la compétition, comme Jean-Paul Rouve, Karin Viard, Yoann Blanc, Michel Blanc…

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET