Jean-Paul Belmondo : "Je n’ai pas peur de la fin"

Jean-Paul Belmondo se confie sur la  fin de sa vie... © Reporters / Abaca
Jean-Paul Belmondo se confie sur la fin de sa vie... © Reporters / Abaca

L’un des derniers monstres sacrés du cinéma français a révélé au journal Corse-Matin ne pas craindre de mourir et, surtout, toujours avoir envie de tourner !

Jean-Paul Belmondo passe quelques jours de vacances à Saint-Florent en Haute-Corse, l’occasion pour le journal Corse-Matin d’aller à la rencontre de cette immense star du cinéma français qui compte près de 90 films à son actif. L’interview commence sur un éventuel tournage réalisé par Fabien Onteniente, et l’acteur déclare : "Pour le moment, je ne fais pas de film, ce n’est pas encore tout à fait au point. Je réfléchis aussi à d’autres propositions, j’espère qu’on m’en fera également d’intéressantes".

Aujourd’hui, même si sa carrière est derrière lui, l’interprète du "Magnifique" explique : "Ma carrière a été longue, très longue et elle touche aujourd’hui à sa fin. Sincèrement, je ne la regarde pas. En réalité, je la vois dans le regard des gens". Il ajoute être prêt à tourner à condition que "les choses soient bien faites" : "La passion ne m’a jamais quitté... J’ai confiance en l’avenir".

"J’espère que je les retrouverai un jour là-haut"

Le journaliste évoque aussi un sujet bien plus délicat : la mort. Un sujet qui est loin d’être tabou pour l’acteur de 85 ans qui avait déjà frôlé la mort en 2001 suite à un AVC (accident vasculaire cérébral). Depuis, il n’a jamais baissé les bras, bien au contraire. Si son AVC aurait pu lui laisser de terribles séquelles, - les médecins n’étaient alors pas très optimistes - c’était sans compter sur la volonté hors pair de "L’as des as". A l’époque, il avait alors confié au Figaro Magazine que c’était ses parents qui lui avaient donné la force de se battre. : "Je pensais qu’il fallait m’en sortir et que je pouvais y parvenir à condition, encore une fois, de le vouloir, comme ils me l’avaient toujours enseigné. Le fait d’être sportif m’a beaucoup aidé. Je me suis réveillé en baragouinant." Et après des années de rééducation, la star d'"A bout de souffle" a retrouvé l’usage de la parole. "Preuve que la volonté permet beaucoup de choses. Et pas seulement dans le cinéma !", avait-il ajouté.

Enfin, Bébel évoque ses amis très chers, d’immenses acteurs déjà disparus tels que Jean Rocherfort et Philippe Noiret. "Quand je pense à eux, et c’est souvent, je me sens triste, mais je garde d’eux de merveilleux souvenirs, de grands moments de fraternité, des fous rires aussi. C’est la vie, je sais, et je l’espère en tout cas, que je les retrouverai un jour là-haut."

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET