Hollywood Crime : John Roselli, le mafieux de Hollywood

Le "beau Johnny" a finit sa vie de truand de façon très... cinématographique. © Archives
Le "beau Johnny" a finit sa vie de truand de façon très... cinématographique. © Archives

Déjà meurtrier à 17 ans, le mafioso Italien John Roselli, dit "le beau Johnny", était un gangster comme on n’en fait plus.

En 1922, son pote Al Capone l’envoie de Chicago à Los Angeles pour qu’il s’assure du bon déroulement de l’extorsion des grands studios par la mafia. Mais Johnny a le coup de foudre pour Hollywood. Il devient même producteur de films… de gangsters et intime fermement à Harry Cohn, le boss de Columbia Pictures, de signer une inconnue qu’il adore, que l’on connaîtra sous le nom de Marilyn Monroe. LIRE EGALEMENT : "Hollywood crime : O.J. Simpson, monstre ou martyr ?" Condamné à trois ans de prison pour racket, il s’intéresse ensuite aux casinos de Las Vegas. Quand, après la révolution de Cuba, en 1959, Fidel Castro ferme tous les casinos de la mafia sur son île, Johnny s’associe avec des parrains de Chicago et de Tampa pour éliminer le leader cubain, avec la complicité de la CIA. Lors d’une réunion secrète, l’un de ses chefs, James O’Connell, donne à Roselli des pilule

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET