Geoffrey de "Top Chef" : "J’accepte de m’être fait engueuler"

"Même avec 200 Meilleurs Ouvriers de France devant moi, j’aurais tout de même respecté mes principes" note le candidat de "Top Chef". © RTL-TVI
"Même avec 200 Meilleurs Ouvriers de France devant moi, j’aurais tout de même respecté mes principes" note le candidat de "Top Chef". © RTL-TVI

Ce lundi soir, le jeune candidat belge a refusé de pratiquer le désossage de pigeon par le dos, car il ne connaissait pas la technique. L'attitude de Geoffrey, qui sera bientôt papa, a révolté les 100 Meilleurs Ouvriers de France qui jugeaient l'épreuve.

Comment avez-vous vécu cette épreuve face aux 100 Meilleurs Ouvriers de France ? Quand on est arrivés sur le plateau et qu’on nous a annoncé qu'il s'agissait de quatre épreuves techniques, déjà j’étais assez stressé parce que je savais qu’il y avait beaucoup de techniciens à côté de moi et que moi, ce n’est pas trop ma force. Quand les 100 Meilleurs Ouvriers de France arrivent, ce stress s’amplifie parce que ce n’est pas n’importe qui. Et quand on m'annonce que je dois désosser un pigeon par le dos, je bloque parce que c’est une technique que je ne connais pas du tout. Je sais le faire de manière normale, mais enlever la carcasse par le dos, je ne l’ai jamais appris. Je fais le choix, par rapport à mes convictions culinaires et par rapport à ce que j'ai envie d’inculquer à mon entourage, de respecter le produit et de ne pas charcuter le pigeon, comme certains l’ont fait. On imagine que c’est une décision qui n’a pas dû être facile à prendre… Pour moi, c’était naturel. Je vois que ça

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET