Emma Colberti : " J’aime quand ça bouillonne "

 © Philippe Leroux/FTV
© Philippe Leroux/FTV

La comédienne au caractère bien trempé a trouvé dans le personnage d’Eve de bonnes raisons de s’investir.

Avec un ex manipulateur de la pire espèce et un fils qui n’a rien à lui envier, Eve a dégusté. Qu’est-ce qui vous a attirée dans ce personnage en souffrance ?C’est justement cet aspect-là. C’est la première fois que je joue une femme qui a vécu véritablement la perversion narcissique. J’ai été, dans la vraie vie, aussi au contact de ce genre de personne. J’ai travaillé sur le sujet avec une psychologue spécialisée dans ce domaine. Ce qui est fou, c’est que c’est à ce moment-là qu’on m’a proposé le personnage d’Eve.Auriez-vous pu avoir la réaction inverse et ne pas vouloir reproduire par personnage interposé ce que vous aviez connu dans la vie ?C’était peut-être aussi l’occasion d’exorciser des choses, bien que je n’aie pas été en souffrance. J’ai tendance à croire que la société actuelle fait naître de plus en plus de ces profils de manipulateurs, de pervers narcissiques, du fait, notamment, des réseaux sociaux.Son ex étant mort, on peut espérer pour Eve un avenir meilleur…Elle a réagi

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET