"Dynasty" à la sauce 2017… ça donne quoi ?

L’histoire des richissimes et passionnés Carrington a été aménagée dans une nouvelle série qui manque de glamour mais ne se prend pas trop au sérieux. Nous avons vu son premier épisode, diffusé ce mercredi 11 octobre sur The CW.

C’est un pari fou et il a été relevé par la "petite" chaîne The CW et les producteurs de "Gossip Girl", qui ont "osé" un remake moderne de "Dynasty", série culte et ô combien glamour des années 80, disparue il y a 37 ans.

Ce mercredi à 21h, nous avons suivi le lancement de cette version 2017, qui raconte la même histoire que la fiction originale… mais en plus "jeune et rock’n’roll". Au début du premier épisode, l’héritière Fallon Carrington (Elizabeth Gillies) rentre de voyage dans la somptuaire propriété familiale d’Atlanta (non, on n’est plus à Denver) et qui, après s’être allongée avec son chauffeur sur la banquette arrière, découvre son père Blake (Grant Show) en pleine action avec sa maîtresse Cristal (Nathalie Kelley). Des ébats que cachaient ces deux personnages quand ils étaient incarnés par John Forsythe et Linda Evans.

Par ailleurs, la nouvelle Cristal ne ressemble en rien à la première : elle n’est ni blonde ni impeccablement brushée, mais est une latino pleine de caractère. Premier gros changement. Le second est que la nièce de Cristal, Sammy Jo, n’est plus une femme (interprétée dans la première mouture par Heather Locklear) mais un garçon, l’amant du fils des Carrington, Steven (James Mackay).

Sans trop en révéler, les similitudes s’enchaînent jusqu’à la fin de cette introduction qui s’achève par le mariage de Blake et Cristal et la mort (annoncée) de… chut ! Vous n’en saurez pas plus. Mais les nostalgiques auront au moins l’occasion de retrouver chacun des protagonistes créés par Esther et Richard Shapiro (co-producteurs exécutifs de ce remake). Jeff Colby est là, tout comme Claudia Blaisdel et son mari Matthew, joué par Nick Wechsler, qui était Nick Porter dans "Revenge".

 

N’y allons pas par quatre chemins : le nouveau "Dynasty" ne fait pas autant rêver que l’ancien ! On a affaire ici à une pâle copie, qui – c’est un comble – manque clairement de moyens pour déployer le luxe qu’on serait en droit d’attendre. Problématique.

D’un autre côté, depuis la fin de "Dynastie" à la fin des années 80, on a eu droit à l’étalage de la vie de fortunés "kitsch" comme les Kardashian ou les Trump. Tous les jours dans les médias, le quotidien indécent de gens riches ne nous est pas épargné… Donc, dommage pour le retour des Carrington, mais ils ont désormais l’air de parents pauvres et "has been" ! Et ce ne sont pas les jeunes acteurs de la série, pour le moins insignifiants, qui lui donnent de l'éclat. Hélas.

En revanche, ce qu’on apprécie dans ce "remake" cathodique (diffusé à l'international par Netflix en US+24), c’est qu’il ne se prend pas au sérieux, et semble même se moquer un peu de lui-même. Cela devrait lui faire marquer des points ! Contrairement à la série originale délibérément "dramatique", celle-ci se veut légère comme les bulles de champagne dont on sent qu’elles ne sont pas vraies. Si vous avez adoré la série des années 80, vous allez forcément avoir envie de voir celle-ci, mais on vous aura prévenus…

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET