DNA/Anne Caillon : "Je ne regrette pas ce rôle de Flora Vallorta"

Pour le 1er anniversaire de « Demain nous appartient », Ciné-Télé-Revue a rencontré une partie du casting. Aujourd'hui, c'est au tour d'Anne Caillon © TF1
Pour le 1er anniversaire de « Demain nous appartient », Ciné-Télé-Revue a rencontré une partie du casting. Aujourd'hui, c'est au tour d'Anne Caillon © TF1

Pour fêter le 1er anniversaire de "Demain nous appartient", Ciné-Télé-Revue met à l’honneur, sous forme d’interview express, un personnage phare de la série quotidienne de TF 1 et de la RTBF. Aujourd’hui, c’est Anne Caillon.

Est-ce vrai que vous avez hésité à incarner Flore Vallorta dans cette fiction quotidienne ?

Oui. Mais quand j'ai lu le scénario de mon personnage, j'ai craqué. Et le rythme de la série ne me faisait pas peur. Disons que j'avais une réticence sur le fait que les chaînes souhaitaient aujourd'hui une fiction quotidienne. Mais cela s'est vite volatilisé dans mon esprit. Comme je ne voulais pas me griller dans ma carrière, j'ai réfléchi et puis, j'ai sauté le pas. Et je ne le regrette pas.

Cela se voit car vous êtes toujours souriante, que ce soit en interview ou avec les autres acteurs. On sent que vous êtes vraiment dans votre élément avec "Demain nous appartient".

Je suis émue de ce que vous me dites. (Silence). C'est vrai, cela peut paraître surprenant, mais cette joie est liée à la complicité avec les acteurs. La série est aussi un succès en Belgique et ça démarre en Italie. A ce propos, j'ai entendu ma voix italienne, c'est une voix un peu cassée comme la mienne.

Vous vivez bien ce succès apparemment...

C'est vrai. A Paris, où je vis, les gens sont assez snobs, donc je ne suis pas trop sollicitée. En province, c'est différent, voire même hallucinant. Je me souviendrai toujours du 24 décembre 2017. J'étais avec ma famille dans un Casino quand j'entends des cris. Ce n'était pas pour le jeu, mais pour moi (Rires). J'ai appris que certaines personnes viennent en vacances à Sète, juste pour nous rencontrer. C'est mignon.

Au Festival de Télévision de Monte-Carlo, avez-vous, comme toutes dames eu droit à un bisou de Shemar Moore ?

Non car je l'avais déjà rencontré en bas de chez moi à Paris. Et là, je lui ai demandé un selfie. J'avais honte, mais bon, c'est rare aussi de voir Shemar Moore devant mon appartement (Rires). En tout cas, ici à Monaco, il a embrassé TOUTES les filles !

Retrouvez demain l’interview d'Ingrid Chauvin

"Demain nous appartient", du lundi au vendredi à 17h30 sur la Une et 19h20 sur TF 1.

Fabrice Staal, au Festival de Télévision de Monte-Carlo

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET