Dans ses mémoires, un prêtre raconte la mort de Johnny Hallyday

 © Reporters
© Reporters

C'est le prêtre Alain de la Morandais qui a donné l'extrême-onction à la star, le 6 décembre 2017. Des événements qu'il relate dans ses mémoires, qui seront bientôt publiées.

La nuit du 5 au 6 décembre 2017 restera à jamais gravée dans la mémoire du prêtre Alain de la Morandais. A 2 heures du matin, il est réveillé par le Professeur Khayat, qui lui annonce la mort de Johnny Hallyday. L'homme d'Eglise file alors vers le domicile du rockeur, à Marnes-la-Coquette, et retrouve Laeticia. La veuve du chanteur "tremblait comme une feuille d'automne" se souvient le prêtre dans ses mémoires, qui seront bientôt publiées mais dont quelques extraits ont déjà été dévoilés.

"Dans sa chambre, le gisant est couché, la tête bandée, menton relevé comme un Christ de Mantegna. Des femmes veillent, elles se retirent et je mets à genoux, recueilli. Le manager est là, silencieux, larmes aux yeux. Après le silence, je célèbre les onctions, en expliquant à mon veilleur la signification du rite. J'oins les yeux, les oreilles, le nez et cette bouche qui a soulevé des passions et des foules pendant tant et tant d'années", écrit-il. Le manager qu'il évoque, c'est Sébastien Farran, aux côtés du Taulier depuis 2012. Visiblement bouleversé par le moment qu'il vit, il raconte les derniers instants de la star au prêtre : "Au moment de son dernier soupir, Johnny a ouvert les yeux et tendu un doigt vers les cieux."

Dans les jours qui suivent, le prêtre suggère à Laeticia Hallyday plusieurs endroits pour l'hommage à Johnny. Jean d'Ormesson est décédé la veille du rockeur et son enterrement était déjà prévu aux Invalides le vendredi suivant. Alain de la Morandais propose alors Saint Eustache ou Bercy. Le choix de la Madeleine ne sera jamais révélé à l'homme de foi, c'est par les médias qu'il apprendra où l'hommage se tiendra.

Le prêtre tentera contacter Laeticia quelques jours plus tard mais c'est à son garde du corps qu'il parlera. On lui dit alors d'attendre, qu'il sera rappelé plus tard avec plus d'informations. Un an et demi plus tard, l'homme d'église attend toujours qu'on lui donne des nouvelles.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET