Corinne Touzet, qu’est-elle devenue ?

Corinne Touzet, qui était "une femme d’honneur" est à présent devenue une femme de scène. © Corilan Productions
Corinne Touzet, qui était "une femme d’honneur" est à présent devenue une femme de scène. © Corilan Productions

Ce soir, la Une rediffuse un téléfilm de 2013 avec la comédienne, très discrète depuis sa traversée du désert.

Elle était la star des séries de TF 1 dans les années 1990 et 2000. Les téléspectateurs se souviennent particulièrement de son rôle phare, celui du lieutenant Isabelle Florent dans "Une femme d’honneur". La première chaîne française lui avait d’ailleurs confié ensuite toute une série de feuilletons événementiels, toujours en tête d’affiche.

Corinne Touzet est alors au sommet de sa gloire, lorsque subitement, en 2007, tout s’arrête. Début 2010, elle tente un retour à la télévision, sans grand succès, dans quelques fictions comme "Interpol", "Un crime oublié" et "La malédiction de Julia".

"Blacklistée" en télé

Invitée fin mai sur le plateau de Thierry Ardisson, la comédienne a pu témoigner de son passage à vide. "J’ai effectivement été blacklistée pendant trois ans, mais il n’y avait pas de raisons précises. (…) Les autres chaînes auraient pu m’engager aussi, mais elles ne l’ont pas fait", explique l’actrice, aujourd’hui âgée de 58 ans. En 2016, au sujet d'"Une femme d’honneur", elle confiait au "Figaro" : "Cette série a été dans ma vie un moment d’excellence, de succès, qui m’a permis d’oser autre chose, et donc je suis devenue productrice. Je n’avais aucune envie de quitter la fiction." Elle déplore cependant le manque de liberté propre au monde de la télévision : "Dans les années 1990, on ne pouvait pas trop déborder. J’avais proposé que mon personnage déraille à un moment. Mais ce n’était pas possible. (…) Quand j’ai voulu faire autre chose, c’est vrai que ça a été la traversée du désert." Selon elle, la difficulté a avant tout été de se détacher de ce personnage de policière qu’elle incarnait à la perfection, voire un peu trop bien : "Ce que je trouve dommage, et ça, c’est français, c’est qu’on vous colle l’étiquette du personnage que vous incarnez. On ne cherche jamais à savoir qui vous êtes vraiment. Cela a été vraiment douloureux pendant des années. J’avais envie de dire : “Intéressez-vous un peu à moi !” "

Le théâtre comme échappatoire

Aujourd’hui, Corinne Touzet parvient à se défaire de ce rôle caricatural, à relativiser et rebondir au théâtre. "L’année où je suis partie, j’étais sur scène sept mois plus tard et depuis, j’y suis toujours", expliquait-elle dans l’émission "Salut les Terriens". Epanouie dans cette nouvelle vie, elle est actuellement à l’affiche de "Voyage en ascenseur", une pièce de Sophie Forte mise en scène par Anne Bourgeois, au théâtre Rive Gauche, à Paris. Ce joli succès pourrait peut-être lui ouvrir à nouveau les portes de la télévision ou même du cinéma ? Pour le petit écran, tout paraît envisageable. Par contre, le 7e Art semble définitivement avoir oublié la comédienne. Son dernier rôle date de 1996, dans "L’homme qui marche", un film qui n’a pas vraiment eu le don de marquer les esprits. Dans les années 1980, sa carrière commençait pourtant fort, avec pas moins de neuf longs métrages à son actif. Quoi qu’il en soit, Corinne Touzet semble maintenant avoir trouvé sa voie. Très à l’aise sur les planches, celle qui était "une femme d’honneur"» est à présent devenue une femme de scène.

"La Malédiction de Julia", ce soir à 20 h 30 sur la Une.

Martin Rousseau

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET