Cécile Djunga : "Je reçois des messages encore plus racistes qu’avant"

Cécile Djunga a connu une forte médiatisation ces derniers jours © RTBF
Cécile Djunga a connu une forte médiatisation ces derniers jours © RTBF

Depuis la diffusion de sa vidéo où elle dénonce les attaques racistes qu'elle subit au quotidien, la miss météo de la RTBF est sous le feu des projecteurs. Retour sur ces derniers jours mouvementés... et médiatisés. 

La vidéo de 5 minutes, postée le 5 septembre dernier sur Facebook, était due à un ras-le-bol. Suite à une critique véhémente de la part d’une téléspectatrice ("Hier, au boulot, à la météo, une dame a appelé pour dire que j’étais trop noire, qu’on ne voyait rien à l’écran…"), Cécile Djunga se filme face caméra. Elle dénonce les messages et les attaques autour de son origine et de sa couleur, qu’elle reçoit depuis un an. Elle fond ensuite en larmes, et demande aux personnes concernées de réfléchir à leurs actes.

S’en suit une médiatisation hors norme. Visionnée plus d’un million de fois en à peine quelques heures, la vidéo de Cécile Djunga est partagée par les médias français, britanniques et même canadiens. Depuis quelques jours, la comédienne et humoriste enchaîne les interviews et reçoit de nombreuses marques de soutien. Parmi eux, celui de l’administrateur de la chaîne publique, Jean-Paul Philippot, qui annonce dans la foulée que la RTBF poursuivra désormais les auteurs de tels propos. Le service public a d'ailleurs tenu à tourner une vidéo avec quelques visages de la chaîne, réagissant aux remarques racistes. Du côté politique, le Premier ministre, Charles Michel, condamne lui aussi publiquement ces actes.

Alors qu'elle répond volontiers aux interviews lui permettant de défendre cette cause, l'animatrice est devenue en quelques jours la porte-parole d’une communauté silencieuse : un rôle qu'elle assume, sans non plus se qualifier de politicienne ou d'activiste.  

A côté de ça, Cécile Djunga doit faire face aux revers de cette forte médiatisation. En effet, depuis la publication de cette vidéo, elle nous annonce être encore plus victime de racisme qu'avant. Tout ce qu'elle souhaite aujourd'hui, c'est retrouver une vie normale, travailler à la météo et continuer ses spectacles, en espérant que cet élan médiatique se tassera. 

Comment allez-vous depuis la publication de cette vidéo ?

J’ai reçu des milliers de messages, tellement que mon GSM m’a lâchée ! De nombreuses personnes ont également appelé à la RTBF, certains ont envoyé des fleurs. Des jeunes et moins jeunes, qui n’osaient pas dire qu’ils vivaient la même situation, se sont confiés à moi sur les réseaux sociaux.

Imaginiez-vous que cette vidéo allait connaître un tel retentissement ?

Pas du tout. J’ai même répondu à une interview pour la BBC, à des médias canadiens et aussi en France, notamment sur le plateau de "Quotidien", sur TMC. Je pensais être exposée avec la météo sur la RTBF, mais ce n’est rien comparé aux retours médiatiques liés à cette vidéo. Les commentaires ont été très positifs, mais malheureusement, les remarques racistes ont suivi… et c’est encore pire qu’avant ! Aujourd’hui, j’ai les racistes de RTL, de TF1 et d’autres chaînes qui m'écrivent.

Quels types de messages recevez-vous ?

Le commentaire de la petite dame de la RTBF qui m’a appelée pour m’insulter était presque gentil comparé aux commentaires qui ont suivi. Après mon passage dans "Quotidien", j’ai reçu des critiques sur mon physique, certains me demandaient de rentrer dans mon pays. J’ai regardé le profil Facebook d’une personne en particulier, je pense qu’il est d’extrême droite. Je suis choquée. (Elle fond en larmes.) Je suis à fleur de peau depuis cette médiatisation. Je ne suis pas politicienne, je n’ai pas l’habitude de recevoir autant de critiques. Je suis juste une femme qui essaye de faire son boulot. Je veux bien être critiquée pour mon métier, mais pas pour ma couleur de peau.

La suite de cette interview est à retrouver dans notre magazine de cette semaine, à paraître jeudi 13 septembre. 

Interview : Géry Brusselmans

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET