Benoît Poelvoorde: "Mon père me voyait curé !"

"Viens, gamin, j'ai inventé une nouvelle nage. La nage “huître” !"... Benoît irrésistible en père fantasque. © StudioCanal
"Viens, gamin, j'ai inventé une nouvelle nage. La nage “huître” !"... Benoît irrésistible en père fantasque. © StudioCanal

Notre compatriote joue un père à la fois calamiteux et irrésistible dans "Venise n’est pas en Italie", une comédie bucolique en salle depuis ce 29 mai.

"Bon, on va parler du cinéma turc !" rigole l'acteur à peine assis à la terrasse. Dès qu’on arrive à avoir Benoît Poelvoorde en face de soi, on sait qu’on va passer un moment savoureux, tant le bonhomme de 54 ans reste un gosse d’une générosité confondante, qui doit l’user beaucoup. Et pourtant, les interviews, il n’aime pas ça. Elles le stressent à en faire des crises d’angoisse. D’ailleurs, à l’issue de celle-ci, il l’annonce : "J’arrête les interviews !" Paroles en l’air ? A voir. Ce n’est pas que l’heure passée ensemble autour d’une Leffe ait été pénible. Mais la veille, Benoît avait disparu, passant la nuit, semble-t-il, avec des graffeurs, avant de réapparaître pour les interviews à la télé, angoissé. 

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET