Alban Aumard : " Des personnages comme Gary, ça fait du bien "

 © Fabien MALOT
© Fabien MALOT

Le comédien excelle dans ce rôle décalé, sans limite, qu’il défend, de son propre aveu, bec et ongles.

Vous avez une solide expérience théâtrale. Qu’est-ce qui vous a motivé à effectuer ce virage ?J’ai rencontré Johanna Delon, qui s’occupe du casting, et j’ai fait des essais pendant dix minutes. Deux jours plus tard, ils sont venus me dire : " C’est bon, c’est toi ! " J’ai trouvé la personnalité de Gary intéressante. Jouer un loser, un antihéros, c’est hyper-marrant. C’était un personnage un peu satellite au début. Je me suis donné à fond, ça a plu, et ils ont commencé à écrire des histoires un peu plus importantes au fur et à mesure. Il y a des choses à jouer. Je suis hyper-content.On peut dire que vous êtes entré à fond dans le costume !Ce qu’ils m’ont écrit m’a toujours parlé, du coup j’ai poussé les curseurs à fond, tout en essayant d’être le plus crédible possible. Il est vrai que les histoires sont assez folles, c’est d’autant plus jouissif à faire. Je m’éclate !

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET