3 raisons de retrouver John Ford, maître du western

John Wayne et John Ford, sur le tournage des "Bérets verts", en 1968. © Reporters /MPTV
John Wayne et John Ford, sur le tournage des "Bérets verts", en 1968. © Reporters /MPTV

La chaîne franco-allemande consacre une soirée spéciale au réalisateur, avec la diffusion de "L’homme qui tua Liberty Valance" et d'un documentaire sur "l'homme qui inventa l'Amérique".

1. Arte rend hommage ce soir à l’un des maîtres du cinéma mondial qui, à travers des œuvres aussi inaltérables que "La prisonnière du désert", "La chevauchée fantastique", "Rio Grande", a participé à construire la légende du Far West américain – et des Etats-Unis tout court. Et cela bien au-delà des monuments du western que représentent ces films, aussi impressionnants que le Grand Canyon qu’il aimait tant filmer. Dans cet ensemble prestigieux, "L’homme qui tua Liberty Valance" tient une place particulière. Tourné en 1961, il est son western le plus crépusculaire, opposant l’aventurier romantique et solitaire à l’homme de loi pour faire régner l’ordre, dans un Ouest de plus en plus domestiqué. LIRE EGALEMENT : "Danielle Darrieux : 100 ans de célébrité" 2. Le héros romantique, c’est John Wayne. Entre 1928, où il est à peine un figurant da

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET