Borg et McEnroe au filet de l’histoire

© September Films

"Borg vs McEnroe" nous fait revivre l’opposition entre deux grands champions de tennis, qui connut son apogée lors de la légendaire finale de Wimbledon en 1980.

Grande semaine pour les amateurs de tennis et de cinéma. Deux films sortent cette semaine qui racontent deux grands événements de l’histoire de ce sport.

Le premier "The Battle of the sexes", revient sur un épisode un peu oublié aujourd’hui mais capital dans la reconnaissance des femmes sportives, le match opposant en 1973 Billie Jean Kean, la numéro un de l’époque, et Bobby Riggs, un ancien champion d’une misogynie crasse pour qui la place des femmes était à la cuisine et pas sur les courts, surtout pas à palper autant de flouze que leurs homologues masculins. La victoire de la championne sera une leçon pour tous les phallocrates du monde. Dû à l’équipe de "Little Miss Sunshine" et porté par Emma Stone et Steve Carell, ce film est un vrai coup de coeur.

Mais les amateurs des grands duels du sport seront sans doute plus intéressés par "Borg vs McEnroe", de Janus Metz Pedersen, qui revient sur la rivalité entre les deux grands champions à travers le match qui en reste le sommet, la finale de Wimbledon en 1980. Un combat titanesque de plus de quatre heures, marqué par un quatrième set fini 18-16 au tie-break. A tout juste 24 ans, le Suédois surdoué est déjà près de la retraite. En face, l’Américain tempétueux, 21 ans, a encore devant lui ses plus grands exploits. Mais leur finale à Wimbledon cristallise plus que l’opposition de deux sportifs à un moment clé de leur carrière. Elle est le sommet de l’affrontement de deux tempéraments et de deux styles de vie aux antipodes.

Un grand film, avec Shia LaBeouf qui en est la véritable attraction dans le rôle de McEnroe, et le Suédois Sverrir Gudnason. Plus âpre, concentré sur son sujet, destiné aux amateurs, le biopic à le mérite aussi de raconter l’enfance des joueurs, comment, Borg surtout, a été formaté à devenir un champion et tempérer son caractère, à la base pour le réalisateur au moins aussi bouillant que celui de John McEnroe, aux homériques colères et au talent incandescent.

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET