Jeff Bridges : "Je ne suis certainement pas quelqu'un de dur"

A l'affiche du film "True Grit" adapté du roman de Charles Portis, le comédien Jeff Bridges se confie à Cinetelerevue.be !

Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire ce film, True Grit?

La raison principale, c'est la présence des frères Coen. Ce sont des scénaristes fantastiques. Leurs dialogues sonnent toujours très vrai et juste pour l'histoire qu'ils essaient de raconter. J'avais déjà travaillé avec eux pour The Big Lebowsky en 1998 et les gens tendent à croire qu'il y a beaucoup de scènes improvisées dans ce film alors que tout était écrit. Ils sont incroyables.

Vous jouez le rôle de Rooster Cogburn, un personnage plutôt dur et parfois cruel. Avez-vous eu des difficultés à incarner un tel personnage?

Vous savez, moi, je ne suis certainement pas quelqu'un de dur (rires). Être dur, cela signifie être désagréable, ne pas aimer s'entourer de gens. Ce n'est pas moi. J'aime les gens et j'ai un tempérament léger. Je ne suis pas du tout un dur. Le personnage est fantastique et il est extrêmement intéressant. Il est très sûr de lui et il a son un sale caractère au premier abord. Mais en fait, il aime parler de lui, il rêve de compagnie et il adore boire un verre.

John Wayne a gagné un Oscar pour avoir joué ce rôle dans la version de 1969. Etait-ce un défi de reprendre ce rôle?

La première indication que les frère Coen m'ont donnée, alors que j'étais curieux de savoir pourquoi ils désiraient faire un remake de ce classique du western, a été: "Nous ne faisons pas un remake du film, nous faisons une adaptation du livre de Charles Portis." J'ai lu le livre et j'ai tout de suite compris ce qu'ils voulaient dire. C'est un grand livre et c'est le genre d'histoire que les frères Coen aiment adapter. Je les ai tout de suite imaginés à l'œuvre. Cela n'a rien à voir avec le film de John Wayne.

Y a-t-il quelque chose en particulier que vous avez aimé pendant le tournage?

Ce que j'ai préféré dans ce film, c'était d'avoir ma fille Jessie, à laquelle j'avais proposé d'être mon assistante, en permanence avec moi. Elle joue de la guitare, chante et écrit, nous avons donc organisé quelques concerts pendant le tournage. Nous avons fait un concert à Santa Fe qui était incroyable.

Vous avez travaillé avec des très grands réalisateurs durant votre carrière. Qu'est-ce qui rend les frères Coen tellement spéciaux pour vous?

Chaque réalisateur est différent, mais j'adore travailler avec les frères Coen. Ils savent créer une atmosphère sur le set qui est très détendue et plaisante. Ils s'entourent de gens avec lesquels ils ont déjà travaillé à plusieurs reprises, ce qui donne une ambiance familiale sur le tournage.

Depuis votre rôle dans The Big Lebowski, avez-vous remarqué une évolution dans leur style de réalisation?

Pas vraiment non. Joel a coupé sa queue de cheval, c'est à peu près tout (rires).

Matt Damon a dit oui à ce film avant même de lire le scénario. Cela s'est-il passé de la même façon avec vous?

La première fois que j'ai entendu parler de True Grit, j'étais en plein tournage de Tron. C'est toujours un peu perturbant et cela m'énerve parfois quand on me propose un film alors que je suis en train d'en tourner un autre, en particulier quand le projet semble intéressant. Dès que j'en ai entendu parler, j'ai su que j'allais aimer ce projet. Je rêvais de retravailler avec les frères Coen depuis tellement longtemps. A peine vous proposent-ils de jouer pour eux, vous savez que ce sera bien.

Il y a beaucoup de scènes dans lesquelles vous êtes à cheval, j'imagine que cela ne vous a pas posé de problème.

En effet, j'ai un ranch dans le Montana et j'adore monter à cheval là-bas. Mais les scènes de batailles ont été plus compliquées parce que je suis certainement habitué à monter à cheval, mais pas avec les rênes entre les dents, un pistolet dans chaque main et un bandeau sur l'œil! Je me suis entraîné une fois sur un cheval mécanique et ensuite Joel m'a dit: "C'est bon, maintenant on le fait vraiment."

En quoi gagner un Oscar comme meilleur acteur protagoniste a-t-il changé votre vie?

Cela n'a pas changé grand chose en vérité. Le lendemain de ma victoire, je suis retourné sur le tournage de True Grit, et voilà tout.

Où gardez-vous votre statuette?

Ma femme a rassemblé tous les prix que j'ai gagnés et elle les a mis chez nous sur une étagère entre la cuisine et la salle à manger.

A propos de votre femme, votre mariage est exceptionnel pour sa longévité. Vous êtes mariés depuis 33 ans.

Vous savez, c'était vraiment un coup de foudre. J'étais en train de tourner un film dans le Montana il y a 36 ans. Sur le set, je regardais tout le temps cette fille qui était magnifique. Je n'arrivais pas à détourner mon regarder. J'ai fini par prendre mon courage à deux mains et je l'ai invitée à dîner. Elle a refusé mais elle a répondu: "C'est une petite ville, peut-être nous croiserons-nous quelque part." Et c'est ce qui s'est passé. Nous nous sommes rencontrés et nous sommes tombés amoureux et maintenant c'est ma femme. D'ailleurs, pour complèter cette histoire, 15 ans après notre mariage, j'étais à mon bureau en train de passer en revue mon courrier et j'ouvre la lettre d'un maquilleur qui avait travaillé sur le même film. Il disait: "Je viens de retrouver une photo où tu invites une fille à dîner. J'ai pensé que tu aurais peut-être envie de l'avoir." J'ai deux photos, un portrait d'elle sur le tournage et une photo du moment exact où elle a refusé mon invitation. Chaque fois que j'ai un doute et je me demande si c'est la femme de ma vie, je pense à ce moment et à beaucoup d'autres moments que nous avons vécus ensemble et je me dis qu'il n'y a aucun doute à avoir. C'est bien la femme dont j'ai besoin.

Pensez-vous que vous allez prendre votre retraite un jour?

J'y pense de temps à autre. Je me dis que ce serait bien de prendre ma retraite tous les deux ans et ensuite de recommencer à travailler. Cela me conviendrait bien. Comme ma mère me l'a appris, je continuerai à faire ce métier aussi longtemps que je m'amuserai et c'est encore largement le cas.

Donna Walker-Mitchell/© Way To Blue

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET

ARTICLES SPONSORISÉS AILLEURS SUR LE NET