[17:03] Une série futuriste qui fait peur [16:00] Russell Crowe réalisateur [14:52] La semaine "télé" par Fabrice Staal [14:02] Carton pour "Diana, notre mère" sur RTL [13:50] Dr Mamour devient professeur [12:13] Rose Byrne attend un heureux événement! [11:46] Sophie Davant : "Je m'attache à tout" [10:58] David Pujadas débarque sur LCI [10:13] Star Wars : casting 3 étoiles ! [08:55] Laurent Bignolas : "Je ne révolutionne pas Télématin"
22 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 13 Juin 2017

Stéphane Bern : "J'ai trouvé mon petit coin de paradis"

Stéphane Bern :
© France 2
Grand défenseur du patrimoine, l'animateur présente la 6e édition du "Village préféré des Français", et nous parle d'un certain Emmanuel Macron.

Que retenez-vous de la découverte de ces villages pleins de charme ?
Ce qui me frappe au fil des années, c’est cette incroyable diversité. Ils sont authentiques et ont un patrimoine historique, architectural, gustatif. Il y règne une convivialité dans l’art de vivre ensemble. En me promenant dans ces villages, j’ai appris à faire du savon à froid à Bellême, de la mosaïque à Montchauvet, du vinaigre à Lagrasse…

Quand vous arrivez, c’est la fête au village ?
L’accueil est vraiment chaleureux. Il faut dire qu’il n’y a plus beaucoup d’émissions où vous avez un animateur qui sort des studios pour aller à la rencontre des Français.

Ce sont les maires des villages qui postulent ?
Non, c’est nous qui faisons des repérages, puis une sélection. Parfois, il y a de jolies cartes postales, mais quand on arrive, on se rend compte que les élus locaux ont massacré le centre du bourg. Il faut aussi qu’il y ait quelque chose à raconter.

Pour vous qui êtes le plus Parisien des amoureux de la province, profession oblige, ces visites vous permettent d’équilibrer les choses ?
Je n’ai rien de Parisien, ni dans l’âme, ni ailleurs. Je ne sors jamais. Je vis en province et je viens travailler à Paris. Je me suis installé en Eure-et-Loir, à Thiron-Gardais. J’ai fait restaurer une abbaye du XIIe siècle et un collège bénédictin pour en faire ma maison et un musée. J’ouvre au public à partir du 28 juin. C’est mon village. J’ai trouvé mon petit coin de paradis.

Vous connaissez les grands de ce monde. Quel regard portez-vous sur l’ascension fulgurante d’Emmanuel Macron ?
Je le connais depuis des années et il a toujours dit que son ambition était de servir son pays. Je regarde ses premiers pas avec beaucoup d’attention. Il montre la volonté, qui fait plaisir, d’être un réconciliateur, un pacificateur et de rassembler par-delà les clivages traditionnels. Je n’ai jamais fait de politique.

Vous êtes royaliste…
Je ne m’en suis jamais caché. Mon héros, c’est Henri IV, le roi pacificateur, réconciliateur. D’ailleurs, Emmanuel Macron a dit qu’il manquait à la république française une forme de transcendance. C’est la première fois qu’on entend un président dire combien la figure royale manque à la République.

A vos yeux, quelle est sa plus belle qualité ?
Il en a une que je n’ai vue que chez les membres des familles royales. Quand il vous parle, vous serre la main, il vous regarde dans les yeux et vous donne l’impression que vous êtes la personne la plus importante. Il ne vous serre pas la main, comme j’ai vu faire d’autres, en regardant ailleurs.

A vous écouter, c’est un président royal…
Votre remarque me fait penser à ce que m’avait dit Mário Soares, le président de la république portugaise : « Un bon président est un président qui se comporte comme un roi. »

Bernard Alès


"Le village préféré des Français" – 20h55 – France 2


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes