[17:23] Ils sont si Minions ! [16:40] Clooney, Dujardin et Nespresso : la pub enfin dévoilée [16:29] Mathieu Kassovitz : du rififi autour de « Vie sauvage » [15:36] Pas de Philip Seymour Hoffman numérique [14:33] Patrick Sébastien : "On peut être riche et célèbre sans rien faire" [13:40] James Spader dans le nouveau "Avengers" [12:21] Laurence Boccolini flingue l'équipe de "Touche pas à mon poste" [11:17] "L'Europa League" toujours sur Club RTL [10:44] La RTBF produit une nouvelle série télé [10:28] Une nouvelle série pour Mark Harmon
30 / 10 / 2014

Ciné | 04 Juillet 2012

Andrew Garfield : "Peter Parker, c'est moi!"

Andrew Garfield :
© Sony
Spider-man tisse une fois de plus sa toile, prêt à conquérir le monde dans "The Amazing Spider-man", mais même si Andrew Garfield semble convenir parfaitement au rôle, sera-t-il assez solide pour affronter le succès et l'attention qui l'attendent?

Etiez-vous fan de Spider-man lorsque vous étiez enfant?

J’aimais tout autant Batman, mais je suppose que je me retrouvais plus dans le personnage de Peter Parker. J’ai toujours ressenti une connexion instinctive avec lui... Quand j’ai appris que j’avais décroché le rôle, j’étais émotionnellement bouleversé parce que c’est quelque chose dont j’ai toujours rêvé; j’avais 3 ans lorsque j’ai reçu mon premier costume de Spider-man! (Rires.) C’est définitivement un moment fondamental dans ma vie et ma carrière.

Interpréter votre héros par excellence ne vous a pas fait douter de vos capacités d’acteur?

Si, tout à fait. J’avais l’impression que Spider-man était un symbole bien trop important pour que ce soit moi qui lui donne vie. Mais Peter Parker a aussi cette impression, il pense qu’il ne mérite pas d’être Spider-man. Lorsque nous avons débuté le tournage, ce sentiment m’a soudainement permis de me libérer et d’explorer sous un autre angle le personnage, son monde et cette nouvelle aventure.

Quels sont les aspects négatifs du costume de Spider-man?

C’était impossible d’aller aux toilettes, à croire qu’ils n’ont pas pensé à cette éventualité! (Rires.) Ils se sont concentrés sur l’esthétique extérieure mais absolument pas sur l’intérieur; il y faisait trop chaud et ça me démangeait de partout! Ce n’était pas toujours facile, j’ai souffert de claustrophobie à plusieurs reprises... Mais bon, il y a pire! Le costume de Batman pèse des tonnes, pauvre Christian Bale! (Rires.) Je n’ai vraiment pas à me plaindre, j’ai la chance de jouer Spider-man et c’est comme ça!

Quel pouvoir aimeriez-vous posséder dans la vie?

J’aimerais voler, ça a toujours été mon choix ultime. Je pense que c’est quelque chose de concevable pour les artistes et c’est ce que Michel-Ange a réalisé dans la Chapelle Sixtine; regarder son œuvre vous donne l’impression de voler! Je pense que c’est la raison pour laquelle je me suis lancé dans les arts, c’est la chose la plus proche de voler que je puisse ressentir. Je viens de jouer au théâtre à Broadway et quand j’étais sur scène, j’avais l’impression de voler, l’impression d’être en chute libre! Je veux simuler cela dans ma vie autant que possible.

Comment vous êtes-vous préparé pour le rôle de Peter Parker?

J’ai fait des recherches pendant deux ans, j’ai lu tous les comic books, vu tous les dessins animés et regardé en boucle les autres films… (Sourire.) Je cherchais surtout à explorer la “physicalité” de Peter Parker. Je voulais que le public ressente sa vision mi-garçon, mi-araignée. Son corps est rempli d’ADN d’arachnide et cela détermine sa façon de voir le monde, son habileté à rester immobile, sa patience; tout ce qui va contre la nature de l’adolescent que j’interprète. Dans un film tel que celui-ci, un acteur a besoin de quelque chose de très concret pour garder les pieds sur terre et se concentrer sur la nature humaine du héros, sinon vous avez seulement l’impression de regarder l’interprétation d’une bande dessinée. Si vous voulez être honnête et authentique envers le personnage, vous devez vous baser sur ce qui est réel...

Et pour l’entraînement de Spider-man?

J’ai suivi un entraînement de quatre mois avant le début du tournage. Le but était que mon corps ressemble à celui de Bruce Lee; la même taille mais ferme et tout en muscles. Je passais deux heures chaque matin à soulever des poids, suivies de cinq heures qui mélangeaient combat, gymnastique, course à pied et vol par câbles...

Cela a dû vraiment vous plaire!

Oh oui, j’étais excité comme un gamin! Cette première sensation d’escalader quelque chose, de tomber, de recommencer et d’enfin y arriver est appréciable à tous les âges! C’est ce que j’ai ressenti et c’est ce que Peter Parker ressent quand il découvre ses pouvoirs; nous avons beaucoup de choses en commun... (Sourire.)

Avez-vous eu l’occasion de rencontrer Tobey Maguire?

Il a été tellement gentil et généreux avec moi! Dès qu’il a appris que je reprenais son rôle, il m’a encouragé et a depuis lors toujours été de bon conseil. Je peux l’appeler quand je veux et lui poser un tas de questions; nous avons un grand respect l’un envers l’autre. Je suis prêt à prendre la relève, même si je sais que des comparaisons seront faites; je n’ai aucun contrôle sur ce que le public pensera et je dois pouvoir m’en détacher.

Comment compareriez-vous votre Spider-man et le sien?

Ça ne m’intéresse pas d’en parler. Je ne veux pas discuter des performances de Tobey Maguire parce que j’ai adoré ce qu’il a fait de Peter Parker et Spider-man. Il y a une différence très nette entre nous simplement parce que nous sommes deux personnes différentes, et nous avons apporté au personnage des choses qui nous sont propres. Je peux simplement vous dire que je suis fan de ce qu’il a fait et dans mon imagination, il sera Peter Parker encore pour longtemps même si je l’interprète à présent.

Etes-vous prêt pour la célébrité que ce film va vous apporter?

Non, pas du tout. Et je pense que personne ne peut s’y faire... Mais j’essaye de me préparer et de comprendre la notoriété afin d’avoir une meilleure relation avec l’idée... Cela me fait peur et je pourrais m’en passer. Ça peut paraître étrange puisque je suis là sur le grand écran, l’acteur qui veut être vu, qui veut exposer son art, mais ce n’est pas mon but. Je ne veux pas que vous me contempliez, je veux que vous regardiez mon personnage, je veux que vous regardiez Peter Parker!

Interview à Cancún au Mexique : Catherine Nitelet-Vedder





imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter
Vous aussi, réagissez à l'article et laissez ici vos commentaires
Voir toutes les affiches Voir tous les programmes