[17:03] Une série futuriste qui fait peur [16:00] Russell Crowe réalisateur [14:52] La semaine "télé" par Fabrice Staal [14:02] Carton pour "Diana, notre mère" sur RTL [13:50] Dr Mamour devient professeur [12:13] Rose Byrne attend un heureux événement! [11:46] Sophie Davant : "Je m'attache à tout" [10:58] David Pujadas débarque sur LCI [10:13] Star Wars : casting 3 étoiles ! [08:55] Laurent Bignolas : "Je ne révolutionne pas Télématin"
22 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 02 Juin 2017

Shonda Rhimes en fait-elle trop ?

Shonda Rhimes en fait-elle trop ?
© Reporters
Après l'échec de "The Catch", le lancement de la série "Still Star-Crossed", dont elle est productrice exécutive, a déçu aux Etats-Unis. Et si Shonda prenait un peu de recul ?

Productrice n°1 de la télé américaine, Shonda Rhimes est peut-être en train de se poser des questions pour le moment. "Grey's Anatomy", son plus bel enfant, connaît toujours le succès et reviendra à la rentrée pour une 14e saison. Quant à son "Scandal", il a droit aussi à une saison supplémentaire, la 7e, qui sera la dernière. Mais à côté de ces éclatantes réussites auxquelles il faut ajouter "Murder", on a récemment déploré l'échec de "The Catch" - avec Peter Krause et Mireille Enos -, dont ABC vient d'annoncer la suppression après deux petites saisons. Shonda en était l'une des productrices exécutives, et elle l'est de "Still Star-Crossed", qui fut lancé ce lundi à 22h et n'arrête pas de faire jaser...

Projet ambitieux, il s'agit de l'histoire des Capulet et des Montaigu au lendemain des suicides de Romeo et Juliette. Une suite que n'avait pas imaginée Shakespeare mais dont s'est d'abord chargée Melinda Taub dans un roman. Celui-ci a été adapté pour le petit écran par Heather Mitchell, qui a déjà beaucoup oeuvré pour "Grey's" et "Scandal". Tourné dans les régions de Castille et Leon en Espagne, l'épisode-pilote est, esthétiquement, de toute beauté. On salue les efforts de la production qui a su recréer le Vérone du 16e siècle, avec ses balcons, ses belles robes, ses lumières et ses... ombres. On y retrouve aussi la diversité si chère à Rhimes, puisque la moitié du casting est composée de gens de couleur. Outre la mort des amants les plus célèbres de la fiction, cette introduction se concentre sur Rosaline Capulet, que le Prince Escalus, dont elle est amoureuse, veut marier à Benvolio Montaigu. Le but de ces noces est évidemment de ressouder les deux clans et, par la même occasion, apaiser la ville. La toute dernière image montre que Pâris, qui était fiancé à Juliette, n'a, en fait, pas succombé après son duel avec Romeo. En d'autres termes, l'intrigue ne fait commencer...

En toute franchise, on a trouvé cette mise en bouche assez creuse et sans le souffle romantico-tragique qu'elle devrait avoir. Encore une fois, les choses pourraient changer, mais désormais, il faut "attraper" le public immédiatement, dès le première épisode, car la patience n'est plus de mise chez les téléphages. Ils ont trop de séries à consommer. On peut aussi se demander si la nouvelle génération est aussi branchée "Shakespeare" que (toutes) celles qui l'ont précédée. Résultat : peu de monde a accroché à ce lancement, exactement 2,29 millions de téléspectateurs en Amérique du Nord. Un très petit score.

Shonda Rhimes devrait profiter de l'été pour faire un break et redéfinir ses priorités.

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles.




imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes