[17:17] Nicholas Brendon présente ses excuses [16:05] Tori Spelling touchée par le virus Ebola ? [15:39] Ophélie Winter : toujours en convalescence après « Danse avec les stars » ! [14:24] Sulfureuse soeur Cristina [13:18] Celebgate : la contre-offensive de Jennifer Lawrence [12:00] Stromae dans "Hunger Games" [11:29] Caroline Fontenoy hospitalisée d'urgence [10:23] Et encore une série pour Ryan Murphy! [09:47] Gaël Lopes : les causes de son décès [09:26] Oscar de la Renta s'en est allé
22 / 10 / 2014

Ciné | 09 Janvier 2014

Emilie Dequenne présidente des Magritte

Emilie Dequenne présidente des Magritte
© Imagellan
L'actrice, récompensée l'an dernier pour son rôle dans « A perdre la raison », succède à Yolande Moreau dans le rôle de présidente de la quatrième cérémonie des Magritte, à voir en clair ce 1er févier sur BE TV.

Les Magritte du cinéma, c'est reparti ! Créée en 2010, la cérémonie de remises des prix du cinéma belge, inspirée des Césars, s'est rapidement imposée comme la plus alléchante vitrine du savoir-faire francophone belge en matière de 9e Art. Cette année ne voit pas se détacher du lot un film en particulier, comme ce fut le cas avec « Mr Nobody », de Jaco Van Dormael, « Les géants », de Bouly Lanners, et « A perdre la raison », de Joachim Lafosse, lors des éditions précédentes.

Cela nous vaut un panel assez hétéroclite dans la catégorie Meilleur film. Le drame de Vincent Lannoo « Au nom du fils » et sa polémique satire du sectarisme religieux côtoie le dessin animé « Ernest et Célestine », présélectionné pour les Oscars, ainsi que le documentaire « Kinshasa kids ». Sur les 67 films en compétition (en comptant les documentaires et les courts métrages), dix-sept films sont de pures productions belges. Beaucoup de films sont en fait des coproductions majoritairement ou minoritairement belges. La favorite au Magritte de la meilleure actrice est Pauline Etienne pour « La religieuse ». Elle a face à elle Lubna Azabal (« Goodbye Morocco »), Déborah François (« Populaire ») et surtout Astrid Whettnall (« Au nom du fils »). Côté hommes, la prestation dansante de François Damiens dans « Tango libre » éclipsera-t-elle celle tout en sensibilité de Benoît Poelvoorde dans « Une place sur terre » ? A moins que les Flamands Jan Hammenecker (« Tango libre ») et Sam Louwyck (« La cinquième saison ») bousculent ce duel. En Emilie Dequenne, l'Académie Delvaux a trouvé une superbe présidente pour succéder à Yolande Moreau. L'actrice, récompensée l'année dernière pour sa performance dans « A perdre la raison », revient bientôt avec un nouveau rôle fort, et, à 32 ans, allie à la fois séduction et maturité, après quinze ans de carrière. La cérémonie se déroulera ce 1er février au Square, à Bruxelles, et sera diffusée en direct et en clair sur BE TV à partir de 19 h45, pour la descente des marches sur le tapis bleus. Toujours présentée par l'excellent Fabrizio Rongione, elle se terminera à 22 heures.

Jean-Jacques Lecocq





imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter
Vous aussi, réagissez à l'article et laissez ici vos commentaires
Voir toutes les affiches Voir tous les programmes

<
>