[20:58] Adieu Jerry Lewis [18:00] Alix Poisson : "Je suis mieux maintenant qu'à 25 ans" [17:29] Jessie T. Usher et Samuel L. Jackson dans "Shaft" [16:04] "Saw" : de film à attraction ! [14:17] Des nouveautés dans "Questions pour un Champion" [11:53] Anya Taylor-Joy dans le remake de "Nosferatu" ? [10:15] "The Voice Kids" : ça promet ! [17:30] Cécile de Ménibus a repris ses études [16:07] Glenn Close dans une comédie musicale ? [13:50] Miley Cyrus : son clip en hommage à Elvis Presley
21 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 12 Août 2017

Jean Benguigui : "La télé n'instruit plus personne"

 Jean Benguigui :
© Reporters
A l'affiche du film "Ali Baba et les 40 voleurs", ce soir sur France 4, l'acteur nous parle de sa vision du petit écran. Et ça balance pas mal !

Que pensez-vous de la télé actuelle ?
Pour moi, cela n’a jamais été un instrument très noble. Parfois, j’entends : « La télé, c’était mieux avant. » Mais il y avait aussi des conneries avant ! Ou encore : « Il y a beaucoup de jeux… » Mais il y en a toujours eu dans le passé ! Par contre, pour tout ce qui est documentaires et informations, c’est vraiment mieux et plus libre. Cela dit, il y a des nouvelles chaînes qui sont d’une vulgarité sans nom…

Que leur reprochez-vous ?
Elles n’ont aucun rôle didactique. Elles n’instruisent personne ! Et certains programmes sont terriblement nazes. Il y a des émissions très populaires, mais au degré zéro. Aucune intelligence, mais beaucoup de trivialité. Et puis, les jeunes ne regardent plus réellement la télévision. Ils choisissent un programme sur YouTube ou sur leur ordinateur.

Petit, que regardiez-vous ?
Il n’y avait pas de télé chez nous. J’écoutais la radio. Je suis né en 1944. Mais je me souviens du premier poste que j’ai vu, chez mes voisins à Oran. J’allais chez eux voir l’unique chaîne. En Algérie, on regardait les grandes émissions françaises de l’ORTF, "La caméra explore le temps", par exemple. Des films pour la jeunesse aussi.

Etes-vous nostalgique des programmes d’autrefois ?
Non, pas du tout. On pensait que la télé serait un instrument pédagogique, alors que c’est tout simplement un média. Mais, il faut bien l’avouer, un média qui offre des films exceptionnels tous les jours.

Vous avez tourné dans d’innombrables films. Quel est celui qui vous a le plus marqué ?
Pour moi, c’est surtout le tournage en lui-même qui est marquant, avec les camarades et l’équipe. Evidemment, il y a des films qui m’ont touché, comme "Buffet froid", de Bertrand Blier, ou "L’Africain", de Philippe de Broca. Mais aussi ceux de Marco Ferreri, avec qui j’ai eu la chance de tourner. Et, récemment, "Nos jours heureux", d’Olivier Nakache et Eric Toledano. Sans oublier "Le grand pardon", avec Roger Hanin. On avait tourné à Miami. On avait loué des Cadillac et on se la pétait. (Rires.) On peut faire des choses modestes mais qui restent de grands souvenirs de cinéma.

Et "Le boulet", avec notre Poelvoorde national ?
C’est un très bon souvenir. Je me suis très bien entendu avec Ben et José Garcia. Benoît, il a un punch, une violence en lui… Nous étions au Maroc. Vraiment, je suis content de ma vie !

Aucun regret ?
Je n’en ai pas tellement, car j’ai été gâté par la vie. J’aurais toutefois adoré tourner avec François Truffaut et Woody Allen. Par contre, j’ai eu la chance de travailler avec Chabrol !

Marc Ducharlier


"Ali Baba et les 40 voleurs" - 20 h 55 – France 4


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes