[17:03] Une série futuriste qui fait peur [16:00] Russell Crowe réalisateur [14:52] La semaine "télé" par Fabrice Staal [14:02] Carton pour "Diana, notre mère" sur RTL [13:50] Dr Mamour devient professeur [12:13] Rose Byrne attend un heureux événement! [11:46] Sophie Davant : "Je m'attache à tout" [10:58] David Pujadas débarque sur LCI [10:13] Star Wars : casting 3 étoiles ! [08:55] Laurent Bignolas : "Je ne révolutionne pas Télématin"
22 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 06 Juin 2017

Une série sur les débuts du "stand up" à Los Angeles

Une série sur les débuts du
© DR
Très lié à la culture américaine, "I'm Dying Up Here" reconstitue à merveille l'ambiance des 70ies. Une fiction "sex and drugs and rock'n'roll" qui ne surveille pas son vocabulaire!

On ne compte plus les nouvelles séries de qualité... Ce dimanche 4 juin à 22h, la chaîne payante Showtime lançait "I'm Dying Up Here", adaptation fictionnalisée du livre de William Knoedelseder sur le monde du "stand up comedy" à Los Angeles. A l'écran, c'est dans cette même ville qu'on suit, au début des années 70, les aléas de jeunes comédiens qui se font les dents dans un club qui ressemble beaucoup au mythique "Comedy Store". Dans les coulisses de cet endroit géré avec une poigne de fer par la coriace Goldie (Melissa Leo), on  assiste à tout : de la rivalité bien sûr, mais aussi des scènes de débauche, de sexe, de drogue...

La première partie de l'épisode pilote est centré sur le comique prometteur Clay Appuzzo (Sebastian Stan, le "Winter Soldier" de "Captain America"), qui vient de participer au "Tonight Show" de Johnny Carson. Mais quelques heures après, il se fait renverser et tuer par un bus sur Sunset Boulevard. Cassie, son ex-petite amie, qui a du mal à s'imposer dans le stand up, a l'intime conviction qu'il s'agit d'un suicide et en parle au père désemparé du malheureux Clay... Voilà pour l'installation de cette série dont l'ambiance rappelle "Boogie Nights" et dont l'un des producteurs exécutifs n'est autre que Jim Carrey. La première chose à souligner, c'est qu'elle est certes assez bavarde, mais très bien écrite. Avec des dialogues souvent crus où on appelle un chat un chat. A la fin, le monologue de Cassie qui l'attention de Goldie est, par exemple, très explicite et sexuel. A ne pas mettre dans toutes les oreilles. Mais vu le propos, l'époque et le contexte, il fallait que le langage soit aussi fleuri. C'est le contraire qui aurait surpris.

Franchement, on a beaucoup aimé cette mise en bouche, réalisée par Jonathan Levine, et où joue aussi le grand Alfred Molina. A nouveau, Showtime respecte le téléspectateur en lui offrant un produit haut de gamme où rien n'est laissé au hasard. Cela étant, "I'm Dying Up Here" ("Je meurs ici même")" devrait davantage parler au public américain. Pour rappel, le pays de l'Oncle Sam est, en effet, le berceau du stand up.

Jean-Philippe Darquenne, correspondant à Los Angeles.


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes