[18:30] Iliesse de "Secret Story 8" fait son coming out [16:48] Brahim Zaibat n'était pas qu'un toy boy [14:47] Le prochain album de Taylor Swift a fuité sur internet ! [12:35] Bientôt un bébé ? [10:50] Bientôt un nouvel album pour Chimène Badi [08:35] 500 000 dollars pour fêter son anniversaire dans une boite de nuit ! [22:58] "Koh Lanta" : Teheiura sort son collier d'immunité, Freddy est éliminé [17:14] Kate Hudson balance une anecdote sur Matthew McConaughey [15:56] Jennifer Lawrence s'achète une maison à 5,5 millions d'euros ! [14:40] Walid s'invite dans "The Voice Belgique"
25 / 10 / 2014

Télé | 29 Juillet 2012

Eva La Rue : "Je n'ai pas pu dire adieu à mes collègues"

Eva La Rue :
© Reporters
La sentence est tombée il y a quelques semaines : la chaîne américaine CBS a mis un terme aux « Experts : Miami ». De passage en France, Eva La Rue, alias Natalia Boa Vista, réagit sur cet arrêt brutal.

Comment vivez-vous la fin de la série ?

Sans aucun regret. C’est triste, mais la pilule est digérée. (Sourire.) Sur ses dix années de présence à la télévision, j’ai tout de même collaboré sept ans. C’est un sacré bail, et je ne garde que de bons souvenirs.

Mais l’annonce a dû vous faire un choc !

Oui, comme à toute l’équipe et aux téléspectateurs. Notre dernier jour de tournage s’est effectué en février dernier. A l’époque, nous ne savions pas que la série était condamnée. Résultat, nous n’avons même pas eu l’occasion de nous dire au revoir.

Il y a tout de même les textos et les réseaux sociaux, non ?

En effet, mais ce n’est pas la même chose qu’une réunion où l’on se retrouve tous pour en parler. Il est normalement prévu d’organiser cet été un barbecue avec l’équipe. Ce seront nos vrais adieux.

Les audiences américaines étaient en baisse…

C’est vrai qu’on se sentait par moments en danger, mais cette production cartonnait toujours dans le monde. On pensait qu’une seule franchise des « Experts » allait disparaître. Les rumeurs évoquaient « Manhattan ». Manque de bol, ce fut pour nous. La chaîne CBS a prétexté un souci de diffusion.  

Que voulez-vous dire ?

Eh bien, aux Etats-Unis, « Les Experts : Miami » étaient sur antenne chaque samedi soir, le plus mauvais créneau dans la grille, car, en face, il y avait le championnat de football américain.

Un petit mot sur votre collaboration avec David Caruso… ?


C’est une belle expérience professionnelle. Il voue une grande passion à son métier. Ça peut paraître bizarre, parce qu’on le critique beaucoup dans la presse, mais sachez que David est quelqu’un de très drôle. Pour ses fans, je sais qu’il représente un héros des temps modernes.

Si on vous proposait de continuer à jouer dans « Les Experts », ce serait Las Vegas ou Manhattan ?


Aucun des deux. Je serais plutôt tentée d’aller faire un petit tour auprès des inspecteurs de « NCIS : Enquêtes spéciales », pour la bonne et simple raison qu’il y a plus de légèreté dans les scénarios.  

Il paraît que vous allez lancer votre propre collection de bijoux. C’est exact ?


Oui. Ce sera sur une chaîne de télé-achat aux Etats-Unis et au Canada. C’est une nouvelle forme de créativité pour moi. Il faut juste que j’apprenne à mieux dessiner, car lorsque j’ai démarré la préparation des croquis, tout le monde s’est demandé ce que j’étais en train de faire.

Portez-vous vos propres confections ?

Oui ! Je suis fière de ma ligne Eva la Rue fine Jewelry. Maintenant que la série est terminée, je vais pouvoir m’occuper plus activement de cette passion. Je pourrai aussi me déplacer plus souvent entre Los Angeles et New York pour participer à des bourses aux bijoux.

D’où vous vient cet intérêt ?

Quelle fille n’aime pas les bijoux ? (Rires.) Je suis comme une corneille, lorsque je vois des choses qui brillent, il me les faut. Depuis toute petite, je suis folle de colliers et de boucles d’oreilles. J’en ai toute une collection. J’ai eu envie de mettre sur papier mes rêves les plus fous…

Vous êtes drôlement bronzée ! Vous revenez de vacances ?

Non. Votre question est comique, et vous n’êtes pas le premier à me la poser. J’ai toujours une anecdote à ce sujet que j’aime rappeler dans les interviews. Au cours d’un de nos tournages, un producteur est allé voir ma maquilleuse pour lui demander de ne plus me mettre de l’autobronzant, car j’étais orange à l’écran. Quand j’ai eu écho de cette histoire, j’ai directement expliqué que ce n’était pas dû à un tel produit, mais à ma pigmentation. Après tout, je suis portoricaine !

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans Ciné-Télé-Revue du 26 juillet 2012.

Interview au Festival de Télévision de Monte-Carlo : Fabrice Staal




imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter
Vous aussi, réagissez à l'article et laissez ici vos commentaires
Voir toutes les affiches Voir tous les programmes