[17:03] Une série futuriste qui fait peur [16:00] Russell Crowe réalisateur [14:52] La semaine "télé" par Fabrice Staal [14:02] Carton pour "Diana, notre mère" sur RTL [13:50] Dr Mamour devient professeur [12:13] Rose Byrne attend un heureux événement! [11:46] Sophie Davant : "Je m'attache à tout" [10:58] David Pujadas débarque sur LCI [10:13] Star Wars : casting 3 étoiles ! [08:55] Laurent Bignolas : "Je ne révolutionne pas Télématin"
22 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Télé | 11 Juin 2017

"Doctor Foster" : la descente aux enfers d'une femme trompée

© BBC
Contrairement à ce que son titre pourrait laisser croire, cette mini-série de 5 épisodes n'est pas médicale, mais traite avec brio du thème de l'adultère. Explications.

Médecin généraliste dans une petite ville anglaise, le Dr Gemma Foster mène une vie tranquille et heureuse avec son mari, Simon, et leur fils, Tom. Tout bascule le jour où elle apprend que son époux entretient depuis plusieurs mois une liaison avec une jeune femme. Gemma est alors partagée entre l’idée de sauver son mariage et celle de se venger. Voilà le pitch de cette série britannique à voir absolument (elle est aussi disponible sur Netflix)… sauf si vous soupçonnez votre moitié de vous tromper.

Car le pari audacieux de "Doctor Foster" est de traiter l’adultère sous la forme d’un véritable thriller. Certes, il n’y a pas de meurtre à résoudre (pas plus que de cas médical à soigner), mais bel et bien un coupable (Simon) et une victime (Gemma), qui vont connaître une véritable descente aux enfers. Les cinq épisodes que compte le feuilleton ne cessent de surprendre, tant l’héroïne va loin au fur et à mesure que tout s’effondre autour d’elle. Cet adultère, qui pourrait paraître banal, fait place à une soif de vengeance aussi fascinante qu’inquiétante, qui tient en haleine jusqu’au bout !

La réussite de la série tient donc dans son point de départ très simple : l’infidélité. Un ressort scénographique très souvent utilisé, mais qui, ici, est utilisé avec finesse et psychologie. Gemma trouve d’abord un cheveu sur l’écharpe de son mari, puis commence à épier les traces de rouge à lèvres, à fouiller le téléphone de Simon, à le suivre… « Mon but est de faire en sorte que toutes celles et tous ceux qui ont vécu ce genre de situation s’y retrouvent », a confié le scénariste Mike Bartlett dans une interview à Télérama. « Même si mon histoire est de plus en plus dramatique, elle se veut toujours fidèle à la réalité. C’est un feuilleton qui risque d’être inconfortable à regarder pour certains couples… »

Surtout à voir comment son héroïne, Gemma, à qui tout réussissait jusqu’ici, va complètement perdre les pédales. « Tous ceux avec qui j’ai parlé ont vécu l’infidélité de leur partenaire de cette façon. Ils ou elles étaient convaincus que leur vie était géniale et, en un instant, à partir d’un détail – un nouveau contact sur le téléphone de l’autre, un soir où leur conjoint rentre tard –, ils sont devenus méfiants. L’intrigue ne guide pas mon écriture. C’est la psychologie de mon personnage qui l’emporte. Je commence par me demander ce qu’elle peut ressentir, par essayer de partager ses pensées, ses réactions, puis j’en déduis ses actes – ce qui entraîne un récit imprévisible. L’idée, c’est de voir comment la découverte que celle ou celui qu’on aime est quelqu’un d’autre peut ruiner votre existence. »

Dans le rôle de Gemma : Suranne Jones, une actrice populaire en Angleterre mais jusqu’ici inconnue chez nous, qui excelle dans son interprétation de femme trompée et a d’ailleurs reçu le Bafta de la meilleure actrice pour ce rôle. La série, qui a été un énorme succès pour BBC One, réunissant jusqu’à 10,6 millions de téléspectateurs pour le final, a d’ailleurs obtenu aussi le prix du meilleur drama aux National Television Awards.

Julie Charles


"Dr Foster" – 20 h 20 – La Une


imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes