[09:53] Robin Thicke : un bébé en route [09:28] Hill Harper, plus qu'un acteur [17:36] Kyle MacLachlan : "On ne surfe pas sur la nostalgie" [17:11] "The Voice Belgique" : Quentin absent de la saison 7 [16:25] 3 raisons de revoir "Wolf Hall" [15:43] Emma Stone détrône Jennifer Lawrence [15:16] Artus : on le voit partout ! [13:30] Maître Gims évacué d'un concert après une explosion [12:10] DALS : le beau projet d'Alizée et Grégoire ! [11:19] Lorie revient à la musique
18 / 08 / 2017
EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Actu | 29 Janvier 2014

Décès de Philippe Delaby

Décès de Philippe Delaby
© D.R.
Le dessinateur de la célèbre série « Murena », originaire de Tournai, est mort d'une crise cardiaque durant la nuit. Il n'était âgé que de 53 ans.

Consternation dans le monde de la bande dessinée. Philippe Delaby, le dessinateur de la série historique « Murena », est décédé d'une crise cardiaque dans la nuit du mardi au mercredi 29 janvier, à l'âge de 53 ans, ont fait savoir les éditions Dargaud. Né à Tourné le 21 janvier 1961, Philippe Delaby était entré à 14 ans à l'école des Beaux-Arts, fasciné par Ingres et les peintres flamands. Ses premières planches paraissent en 1987 dans « Le journal Tintin ».

Dans un premier temps, il travaille avec les scénaristes Jean-Luc Vernal et Luc Delisse, déjà dans le domaine historique. Son premier album « Richard Coeur de Lion », reçoit en 1994 le prix Clio, décerné par le Salon de l'histoire de Paris. C'est sa rencontre avec Jean Dufaux qui définitivement l'imposer. Son sens du détail, sa passion de l'histoire et l'ultraréalisme de son trait associés à une capacité rare à rendre les décors, comme si on y était, font de lui rapidement une référence. Avec Murena, c'est toute la Rome de Néron qui revit sous son crayon, cruelle et lumineuse à la fois. Ensemble, il crée la série « Murena », dont le premier album « La pourpre et l'or », paraît en 1997.

En juin dernier, nous avions rencontré les auteurs à l'occasion de la publication des « Epines », premier tome de ce qui devait être le deuxième des quatre cycles prévus pour la série. L'enthousiasme des auteurs était intact, plus vif que jamais. Ils avaient également repris la série « Complainte des landes perdues » depuis le tome 5.

On s'attend à ce que le Festival d'Angoulême lui rende un hommage spécial ce week-end.

J.-J.L.



imprimer imprimer
Digg FaceBook Linkedin MySpace Twitter

Voir toutes les affiches Voir tous les programmes